iPhilo » L’épistémologie au procès

L’épistémologie au procès

28/05/2012 | par Mathias Girel | dans Science & Techno | 1 commentaire

Download PDF

Les sciences et leurs applications sont naturellement au coeur des choix démocratiques, qu’il s’agisse d’énergie, d’agroalimentaire, de décisions stratégiques en matière de recherche et d’innovation. On discute les sciences, on en dispute aussi. Pour autant, tout débat autour des sciences est-il un débat sur la science et au profit de la science ? Loin s’en faut.

On observe en effet actuellement, dans plusieurs Etats américains, une forme de guérilla juridique portant sur la définition de la science elle-même, dans des textes encadrant les programmes éducatifs. Par exemple, dans le Missouri, le projet de loi HB1227, à l’examen depuis janvier 2012, aurait pour effet de dicter un traitement égal de l’évolution et de l’Intelligent Design (ID). Dans ce cadre, il propose une ahurissante redéfinition de la notion de théorie scientifique elle-même : « une explication inférée à partir de phénomènes incomplètement compris, portant sur l’univers physique, et qui se fonde sur une connaissance limitée, dont les composantes sont des données, la logique et une philosophie reposant sur la foi [sic]. » On comprendrait mal une telle définition, qui vaudrait sans doute une mauvaise note à un élève de première année d’épistémologie, si on ne voyait pas qu’elle a pour but de réduire caricaturalement la théorie de l’évolution à ses présupposés matérialistes et d’inscrire l’Intelligent Design dans une certaine normalité, puisqu’à ce compte sa seule différence serait de reposer sur une autre « foi ». Symétriquement, le cadre évolutionniste sort bien affaibli – le créationnisme de l’ID bien renforcé – de la définition de  l’hypothèse, tout aussi étonnante : « une théorie scientifique reflétant une opinion scientifique minoritaire, qui peut ne peut pas être acceptée parce que c’est une idée nouvelle, qu’elle contient des arguments logiques fautifs, n’est pas soutenue par des données, repose sur des quantités importantes de données contradictoires, ou manque de popularité philosophique. » La théorie scientifique, du point de vue des législateurs et au mépris des usages reçus, n’est alors qu’une forme particulièrement risquée d’hypothèse. Mais le risque n’est pris que par l’évolution, car on devine que l’hypothèse de l’ID aurait tôt fait d’être reconnue comme théorie scientifique si elle n’était pas cantonnée dans une position « minoritaire » par « l’orthodoxie » darwinienne. Ce genre de tentative pourrait faire sourire, surtout avec le confort qu’apporte la distance, si elle ne se présentait pas dans de nombreuses juridictions. Pourquoi le législateur tente-t-il, sur plusieurs fronts, de fabriquer une telle épistémologie ?

Le déterminant le plus important tient à ce que la justice a eu à se prononcer sur le type de science qui est enseigné à l’école. Ce fut le cas à plusieurs reprises aux États-Unis, depuis le procès dit du « Singe » (1925) et dans tous ceux qui ont engagé l’évolution. Or, dans les procès récents, les disputes ont porté sur ce que les philosophes des sciences appellent des arguments de « démarcation », c’est-à-dire des arguments permettant de séparer les sciences des pseudo-sciences. Depuis le procès McLean vs Arkansas (1981-1982), les créationnistes puis les tenants de l’Intelligent Design ont été constamment condamnés, au nom d’arguments explicitement empruntés à Karl Popper (la théorie qu’ils proposent est-elle réfutable ?) ou à Carl Hempel (leur théorie présente-t-elle les grands traits de l’explication scientifique, en particulier de faire remonter les phénomènes à des lois ?). Bref, une certaine philosophie des sciences a décidé de sorts de justiciables devant des juridictions américaines. Le but des juges, dans cette série de procès, était à chaque fois le même : montrer que la matière que les opposants de l’évolution tentaient d’introduire en classe n’était pas de la science, mais avait en revanche tous les traits d’une pseudo-science, et … avait de ce fait toutes les chances d’être une forme déguisée de religion. Or, il était particulièrement important d’établir ce point, car si la société américaine est profondément religieuse, pour des raisons historiques réaffirmées par la Cour Suprême en 1947 et 1968, sa Constitution interdit que l’école publique soit instrumentalisée au profit d’une dénomination religieuse et au détriment d’autres. Il n’y a pas de religion établie aux États-Unis et de ce fait s’est constituée une forme de laïcité qui ne consiste pas tant dans l’absence de la religion de la vie publique que dans le fait qu’aucune ne doit être en situation de monopole sur les esprits. Bref, s’il y a eu, dans et autour du tribunal un débat sur la science, ce débat a eu lieu non pas pour des raisons strictement épistémologiques, mais en fonction d’un cadre constitutionnel et d’intérêts précis.

Le texte par lequel nous avons commencé est la tentative de revanche du créationnisme : puisqu’il a été condamné au nom d’arguments épistémologiques, le but est maintenant de faire changer la signification du mot « science » dans les textes de lois, pour éviter de nouvelles condamnations analogues.

De la sorte, on voit nettement que tout débat sur la science n’est pas forcément un débat scientifique et encore moins un débat en faveur de la science. Il semble, plus largement que ce type de stratégie soit lourd de trois types d’enseignements : il manifeste tout d’abord que la science reste, quoi qu’on en ait, encore une autorité, que l’on cherche à capter. Il montre ensuite qu’une résistance à ce type d’instrumentalisation est assez peu envisageable sans une maîtrise minimale de l’histoire des sciences, qui doit faire partie du bagage démocratique. Pour ces deux raisons, qui sont tout aussi valides des deux côtés de l’Atlantique, il serait naïf de croire que nous serions, de ce point de vue là, mieux protégés que nos voisins américains face à des instrumentalisations analogues, dussent-elles se présenter dans d’autres champs.

 

Mathias Girel

Mathias Girel est un philosophe français, maître de conférences à l'Ecole Normale Supérieure (Ulm) et conseiller technique de l'Institut des Hautes Etudes pour la Science et la Technologie. Il mène des recherches sur le pragmatisme et la philosophie américaine, ainsi que sur diverses thématiques de philosophie des sciences, engageant les questions du doute, de l'ignorance et du secret. Traducteur de William James et de Stanley Cavell, il prépare, pour la rentrée 2012, les Textes Clés du pragmatisme (Vrin). Il est dernièrement l’auteur d’une publication sur ce thème, La science en procès, Pièce en trois actes, in Le débat public autour des sciences, Arles, Actes sud-IHEST, (2012). Page personnelle: http://ens.academia.edu/MathiasGIREL.

 

Inscrivez-vous à la newsletter iPhilo !

Recevez le premier journal en ligne gratuit écrit par des philosophes dans votre boîte mail !

 

Commentaires

Il semble utile de rappeler la déclaration de Ronald Reagan à propos de l’évolution, vers 1980:

« Well, it //evolution// is a theory, it is a scientific theory only, and it has in recent years been challenged in the world of science and is not yet believed in the scientific community to be as infallible as it once was believed. But if it was going to be taught in the schools, then I think that also the biblical theory of creation, which is not a theory but the biblical story of creation, should also be taught. »

c’est le décalque des lois dont parle Mathias GIREL au début de son article.

On y voit la dissonance cognitive entre le public éduqué scientifiquement et les autres. Quand un scientifique utilise l’expression « théorie de l’évolution » , le terme théorie, bien que réservant la possibilité du doute et du libre examen, est laudatif et sous-entend un formidable arsenal de faits, d’expériences, de raisonnements et de questions construit par une large communauté d’esprits éduqués et critiques, de l’expert à l’étudiant. Le public de Reagan y voit la dimension péjorative « vous n’êtes même pas sûr, vous êtes prêt à changer d’avis si un nouveau fait apparait » qui finit vite par être remplacé par « vous êtes moins fort que Dieu. Avec la bible au moins c’est une fois pour toute, vous n’êtes que des humains, alors soyez beau joueur. »

Ainsi, ce sont les caractéristiques de la science dont les scientifiques sont les plus fiers qui sont utilisées (avec beaucoup de mauvaise foi) contre elle. Il reste très important pour les promoteurs de l’I.D. de continuer à caricaturer les connaissances scientifiques de l’évolution sous la forme d’un « darwinisme » simplet pour que l’épouvantail de la descente du singe empêche l’information du public.

En outre, la virulence des débats scientifique est mal comprise et assimilée aux schismes religieux.

Mais les journalistes, les scientifiques non spécialistes et le public à moitié informé sont aussi dangereux dans cette confrontation face aux créationistes et à leur différents avatars. La plupart de ceux qui se croient « pour » l’évolution véhiculent des mythes et des raccourcis sur l’évolution, la sélection, la notion d’espèce, la génétique, la transmission des caractères, qui font frémir tout spécialiste. Cette popularisation imparfaite des sciences est une des alliées les plus sures de l’Intelligent Design.

par Antoine Québéret - le 19 janvier, 2013



Laissez un commentaire