iPhilo » Viagra féminin : le désir sous haute tension des amants contemporains

Viagra féminin : le désir sous haute tension des amants contemporains

9/09/2015 | par Sonia Feertchak | dans Art & Société | 5 commentaires

Download PDF

Comme le Viagra féminin arrive aux Etats-Unis, les esprits s’échauffent, la polémique enfle : l’autorisation de mise sur le marché de l’Addyi pose à nouveau la question du plaisir féminin, étroitement enlacée à celle du désir des femmes. Cela fait dix-sept ans que la petite pilule bleue a rallumé la flamme de certains amants. Aujourd’hui la petite pilule est… rose, les conventions durent, les codes couleurs ont la peau dure, mais qu’importe le flacon !, si le Flibanserin, nom de molécule de l’Addyi, permet à leur tour à des maîtresses en manque de désir de faire décoller le leur, tant mieux… Mais la question demeure, plus subversive que jamais car, puisqu’on y est, parlons-en : il est passé où, le désir ?

Dans les études universitaires comme dans les sondages, médiatiquement la sexualité n’est plus envisagée que sous l’angle philosophico-économique de la domination des sexes, ou celui ultratechnique des pratiques. Soit : sus au sexisme ! Exit le patriarcat !, soit « Les secrets d’un cunni réussi » ou « Comment atteindre l’orgasme en 42 secondes ? » Quant à évoquer le plaisir, féminin comme masculin d’ailleurs, c’est toujours de l’orgasme qu’on nous rebat les oreilles, de ces plaisirs qu’on nomme, à la légère, physiques (1) et jamais du plaisir psychique, celui que nous procure le désir… de l’autre. Ainsi obnubilés par une hypertechnicité de la sexualité combinée au politiquement correct de l’égalité, ces nouveaux technocrates de la galipette que sont la « féminette » et le « nouveau garçon » s’exposent, petit doigt sur la braguette, à l’ennui sous la couette. Et ceux-ci expliquent cela.

J’ai tiré le substantif « féminette » de ma propre claudication de l’ego, observée ces temps-ci chez beaucoup d’autres : mon mot-valise exprime de se sentir féministe en position verticale, mais midinette à l’horizontale. Je m’explique : dans la vie de tous les jours, au bureau, dans le métro la féminette entend être considérée comme un sujet à part entière, fière de son indépendance en tout… sauf au lit !, où elle rêverait plutôt aux assauts d’un amant… viril, un modèle en fait ancien d’une masculinité historiquement et intellectuellement abhorrée. Si la féminette évite d’ailleurs de prononcer les vocables « viril », « virilité » et autres vir- devenus tabous, il n’empêche qu’elle n’est pas contre une certaine manifestation de la force mâle, voire de pulsions légèrement animales ! (la féminette qui s’ignore sera horrifiée de lire ça.) Le fait est qu’elle se trouve prise entre deux feux, position inconfortable, douloureuse, culpabilisante : fière de son autonomie, la féminette se désole de son besoin – l’horreur ! – d’un amant hardi ! Elle entend être quelqu’un de bien, une chic fille, une femme convenable pour tout dire. « Convenable » ? Certainement pas dans le sens où on l’entendait : avant Mai 68. En la matière les normes ont pâli, brocardées, tandis que d’autres les ont remplacées, fraîchement estampillées : « Tu ne dépendras de personne. Jamais besoin d’un(e) autre que toi-même. Et, surtout pas !, d’un homme. » Même un chouïa… au lit, si j’ai un tout petit peu envie ?… Oublie !

En vérité, la tension ne date pas d’aujourd’hui : Simone de Beauvoir déjà, en 1949, relève honnêtement que « la femme indépendante – et surtout l’intellectuelle – » lorgne avec inquiétude, et défaitisme, du côté de la coquette ; la première « souffrira en tant que femme d’un complexe d’infériorité ; elle n’a pas le loisir de consacrer à sa beauté des soins aussi attentifs » que ne le fait la seconde. Et ce contrairement au « privilège que l’homme détient et qui se fait sentir dès son enfance, (…) sa vocation d’être humain ne contrarie pas sa destinée de mâle » (2)

Mais le dilemme est d’autant plus prégnant pour les féminettes qu’à l’ère de la pornographie devenue culture, l’hypersexualité féminine s’expose tous azimuts, intellectuellement dérangeante mais médiatiquement omniprésente… et assumée par des filles de plus en plus nombreuses, de plus en plus désirables… les traîtresses ! Et les féminettes de se retrouver prises entre deux feux : elles veulent raisonnablement plaire (qui ne le souhaite pas ? si elle n’est pas obsession, la chose n’est pas malsaine. Tout le contraire même !), mais elles exigent avec raison d’être avant tout respectées. Pour le dire autrement dit, la plupart d’entre nous voulons être admirées, honorées en tant que femmes, euh… jolies femmes si possible !, mais nous redoutons par-dessus tout de passer pour des pétasses, de nous comporter en femmes-objets : en adopter les us, les atours révéleraient notre je-m’en-foutisme scandaleux à l’encontre de la lutte pour l’égalité. Hélas, l’équation apparaît limpide autant qu’austère : s’abandonner à d’éventuels fantasmes de dépendance, de soumission (sexuelle) conduit à renoncer au respect qui nous est dû, respect récent que nous devons à d’autres qui se sont battues, courageuses cela va sans dire, afin que nous y ayons droit ; respect qu’indignes nous menaçons de fouler de nos talons hauts.

Le « nouveau garçon » n’est pas moins embarrassé : élevé dans le dogme du respect pour les femmes (qui s’en plaint ?), il n’ose plus faire part du moindre de son désir, il n’ose plus manifester l’envie qu’il a d’elle(s), y compris dans l’intimité !, tant il craint de passer pour un dominant, un macho, un phallocrate assermenté. Ça n’est pas comme s’il était là pour ça !, brûle de lui asséner sèchement la féminette qui se morfond dans ses bras, sexuellement frustrée et narcissiquement blessée de ne pas ressentir ce fichu désir qui semble avoir déserté leurs étreintes mornes. Comme tous ou presque, ces amants-là voudraient ressentir les affres physiologiques de la passion, celle qu’elle rêverait qu’il éprouve pour elle, celle qu’il brûlerait de pouvoir exprimer ; et vice(s) versa. À leur grand dam, ce n’est que petit attachement mièvre, attirance supputée tiédasse et souffle court d’oisillon.

Mais à la décharge du nouveau garçon, il n’y est pas pour grand chose ! Héritier de 68, il est, à cet endroit-là, la victime – silencieuse – des féministes… qui ne pouvaient pas faire autrement !

Démonstration. Jusqu’en 1970, quand un homme désirait une femme, c’était de sa faute à elle. Invariablement. Il n’y a qu’à voir les petites bonnes qu’on jetait dehors lorsqu’elles se retrouvaient « grosses », le déshonneur des femmes violées, l’innocence exigée des fiancées… Historiquement et « d’emblée, écrit Elisabeth Badinter dans Fausse route, la femme est coupable de susciter des désirs impurs, alors que l’homme est innocenté de les éprouver » (3). Les féministes de la deuxième vague se sont battues pour que les hommes prennent leur part de responsabilités : quand un homme désire une femme, ad minima c’est aussi de son fait à lui. Merci mesdames !, d’avoir lutté contre la toute-puissance du désir masculin. Mais, ce faisant, il y a eu amalgame : et c’est le désir masculin lui-même qui a été attaqué, conspué, et du coup intériorisé comme dégradant, structurellement mauvais, par le nouveau garçon. Dans les années 2000, la culture X a entériné le message : les pulsions sexuelles des hommes sont bestiales, déshonorantes voire périlleuses pour les femmes.

La conséquence de cet empêchement est sans appel : le désir des amants s’essouffle … Heureusement Eros ne demande qu’à se réveiller ! Loin de moi l’idée de chercher à tout prix des responsabilités, de tirer à boulets rouges sur de décrétés coupables. Les statuts des femmes, partant celui des hommes aussi, ont tant évolué en soixante ans ! Il n’est pas anormal que l’onde de choc se répercute aussi dans l’intimité. Il me semble temps de constater, dire les choses sans fard ni fardeau de quelque idéologie. Et d’avancer en ayant pas honte, ni de désirer, ni de l’être. Tant que c’est avec respect.

n
(1) Comme Colette avait d’abord voulu titrer Le Pur et l’Impur (1932).
(2) Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, t. II, Paris, Gallimard, 1949, Folio n°38, pp. 594 et 590.
(3) Elisabeth Badinter, Fausse route, Paris, Odile Jacob, 2003, p. 191.
n
Sonia Feertchak a publié en 2015 l’essai Les femmes s’emmerdent au lit. Le désir à l’épreuve du féminisme et de la pornographie chez Albin Michel.
n

LFSAL

 

Sonia Feertchak

Sonia Feertchak vient de publier Les femmes s’emmerdent au lit, Le désir à l’épreuve du féminisme et de la pornographie aux éditions Albin Michel. Elle est l’auteur de L’Encyclo des filles, réactualisée chaque année depuis 2002 (Plon, puis Gründ) et du Manuel d’autodéfense féministe (Plon). En tant qu’éditrice, elle a créé la collection des "Encyclos" (Plon, puis Gründ).

 

Inscrivez-vous à la newsletter iPhilo !

Recevez le premier journal en ligne gratuit écrit par des philosophes dans votre boîte mail !

 

Commentaires

Un féminisme coupable de s’en prendre au désir … Cela renvoie à mon avis au rejet dans certains cas de l’altérité des sexes, point d’appui du désir. En somme, c’est encore la conséquence d’une mauvaise définition de l’égalité, que l’on confond trop souvent avec l’identité ou la similarité. Les problèmes sous la couette rejoignent alors les enjeux politiques et sociaux où le même biais de l’égalité, souvent, dévitalise. Article intéressant !

par M. Bernard - le 10 septembre, 2015


Dans les années 70 , Claude Goretta réalisa un film magnifique , La Dentellière , inspiré d’un roman de Pascal Lainé . Il contait les amours d’un jeune bourgeois , plutôt intello , et d’une coiffeuse . Histoire tragique d’un décalage culturel indépassable , en tous les cas pour le garçon : l’amour menait la jeune femme , qu’il avait larguée, à l’hôpital psychiatrique . Le message était clair :  » En amour , attention à la lutte des classes  » . Si je comprends bien votre succulent papier , le féminisme ayant , depuis , triomphé , on est passé à la lutte des places . Et chacun ne sachant plus bien qu’elle est la sienne , les jeux de l’amour en sont contrariés . Mais il me semble que ce n’est tout de même pas aussi grave que pour la malheureuse héroïne de La Dentellière . Comme vous l’écrivez si bien : Eros ne demande qu’à se réveiller !

par Philippe Le Corroller - le 10 septembre, 2015


Article très intéressant.
La question reste… Eros va-t-IL se laisser commander ?
Il me semble que ce.. problème/question embarrasse les philosophes depuis l’Antiquité.
J’avoue ne pas très bien comprendre ce que veut dire le mot « respect ». Il est beaucoup galvaudé, mais je ne sais plus du tout ce qu’il veut dire, pour ma part. Je ne sais pas (vraiment…) déterminer quand/si je suis traitée avec respect ou pas. (Cette question est compliquée.)
Mais je crois que nous sommes collectivement hantés par l’idée que le désir est sale….
Et le dégoût que, homme ou femme, nous attachons à l’acte sexuel, et au désir, comme manifestation de la blessure narcissique de notre incomplétude (traduire, impossible autonomie) n’est pas prêt de disparaître.

par Debra - le 10 septembre, 2015


Je pense que le tout passe par deux choses; s’assumer et verbaliser .
Assumer ses désirs, sexsuels ou autres, assumer sa personnalité  » entière », cesser de vouloir se comformer à l’image de soi que des bien pensants ( tes) voudraient « institutionnaliser ». Pouvoir sourire à son image refletée par son miroir avant et après être allé au lit. Ensuite…
Verbaliser son ou ses desirs, besoins ,attentes , sexsuels ou autres. Personne n’est devin dans le quotidien. Si je veux que mon désir soit satisfait, pour mon plaisir à moi, et ne pas risquer d’être décu (e) , je le demande, subtiliement, directement, mais clairement.

Simple mais o! Combien efficace!

par pico - le 14 septembre, 2015


Merci pour cet article pertinent! Au fait, je crois qu’il ne faut pas violer son organisme par des pilules. Chez la femme, tout se passe dans le cerveau. Alors, il vaut mieux considérer la situation en général, pas seulement dans le contexte sexuel. Voici ce qu’on en dit: Parfois dans la vie de la femme une période arrive quand le libido est en baisse. Le désir pratiquement s’en va, ce qui influence gravement les relations, aussi comme l’état psychologique et physique de la femme. (la citation tirée d’ici: http://www.super-pharm-fr.com/nouvelles/aliments-pour-les-femmes ) Tout est beaucoup plus compliqué et ne se règle pas par une pilule. Alors, il faut changer son alimentation, faire le bilan sanguin, remettre en question les activités physiques et surtout le domaine psychologique.

par Monchant - le 20 février, 2017



Laissez un commentaire