iPhilo » Éthique et nouvelles technologies

Éthique et nouvelles technologies

20/03/2016 | par Eric Delassus | dans Science & Techno | 5 commentaires

 

ethique-nouvelles-technologies
Download PDF

Lorsque je repense aux publications populaires de sciences fiction du siècle dernier et que j’essaie de me remémorer la manière dont était envisagée l’évolution des techniques du XXIe siècle, j’ai le sentiment qu’un écart considérable sépare l’anticipation de la réalité. Le monde de l’an 2000, dans les années 60 ou 70, était souvent représenté comme celui de la conquête intergalactique, des moyens de transport atteignant des vitesses pharamineuses, mais certainement pas comme celui de l’internet, de l’ordinateur et du smartphone. On a plutôt l’impression, lorsque l’on se replonge dans ces images d’anticipation qu’elles ont été conçues en multipliant les possibilités des moyens techniques qui étaient disponibles à cette époque, mais qu’aucune technique réellement nouvelle n’avait été imaginé. Les véhicules volaient dans l’espace à des vitesses considérables, les gratte-ciel pouvaient faire plusieurs kilomètres de hauteurs, mais toute la puissance qui était mise en œuvre concernait plus la maîtrise de l’espace et la rapidité de nos déplacements, que la vitesse avec laquelle nous pouvons communiquer et réduire le temps de transmission de l’information, sans même avoir à nous déplacer. Ainsi, si nous regardons de prés notre environnement spatial, il n’a pas fondamentalement changé durant les cinquante dernières années, nos véhicules fonctionnent toujours globalement sur le même principe et nous ne nous déplaçons pas en fusée pour aller travailler. En revanche, nous pouvons communiquer instantanément avec n’importe quelle partie du monde, transmettre des documents, des images, des films à la terre entière en quelque clics de souris. La question n’est pas de savoir si cela est bien ou mal, c’est ainsi, la question est de savoir comment nous pouvons penser cette évolution.

 

Tout d’abord, comment interpréter cette difficulté que nous avons à anticiper l’avenir, cette difficulté que l’on rencontre, par exemple, chez les auteurs des BD pour enfants et adolescents des années 60 ou 70 à imaginer l’an 2000 ? Cette difficulté me semble provenir de ce que notre perception du monde et de l’existence est nécessairement et en grande partie déterminée par l’état des technologies avec lesquelles nous vivons, agissons, travaillons quotidiennement. Je dirai même plus radicalement que les techniques qui s’inscrivent dans notre mode de vie créent un monde que nous adoptons, le plus souvent, comme allant de soi, que nous n’interrogeons pas, et en fonction duquel notre pensée, notre imagination se déploie, comme si ce monde constituait le seul horizon de sens possible. Par conséquent, il nous est difficile de concevoir un monde radicalement différent de celui à l’intérieur duquel nous vivons, nous ne concevons, en général, l’avenir que comme le produit de la croissance exponentielle de notre puissance présente, mais il nous est plus difficile de concevoir un monde à l’intérieur duquel se développeraient des moyens radicalement nouveaux.

Cela nous invite donc à remettre en question une idée reçue encore trop souvent partagées, même par des esprits qui peuvent, au demeurant, sembler fort éclairés. La technique serait neutre, il y aurait d’un côté le monde et de l’autre les moyens que l’on met en œuvre pour agir sur lui ou pour agir en lui. Par conséquent, si la technique est neutre, tout dépend donc de l’usage que nous en faisons. Un tel postulat est fort contestable, car il suppose, non seulement que nous sommes en mesure de maîtriser la nature, mais que nous maîtrisons également la maîtrise que nous en avons.

Or il semble plutôt que la présence même des objets techniques autour de nous, leur coexistence et la manière dont ils sont reliés les uns aux autres déterminent l’usage que nous en faisons. Comme l’a affirmé Gilbert Simondon dans son livre sur le mode d’existence des objets techniques, les objets techniques, les machines que nous inventons et que nous mettons en œuvre pour produire le monde dans lequel nous vivons, fonctionnent en réseau. Si cette affirmation s’applique aux machines de l’ère industrielle, elle est d’autant plus pertinente pour les machines qui traitent l’information et sont explicitement destinées à être reliées entre elles. La conséquence de ce fonctionnement en réseau de l’univers technique est la production d’une seconde nature, d’un univers autonome, qui se développe selon ses propres lois et auquel nous devons nous adapter. Autrement dit, ce n’est jamais la technique que nous adaptons à nos désirs ou à nos besoins, mais nos désirs et nos besoins qui sont modelés, le plus souvent à notre insu, par la technique.

Dans ces conditions, s’interroger sur la conduite à tenir face à l’invasion de certains objets techniques dans notre existence n’est donc pas suffisant pour éviter de se laisser absorber par eux au point d’adopter une manière d’être et de se comporter sur laquelle nous n’avons aucune prise. On peut, bien évidemment, se fixer certaines règles pour les utiliser, à l’instar des paramètres de confidentialité sur les réseaux sociaux, choisir d’en faire un usage spécifique, voire de ne pas les utiliser. Néanmoins, cela ne garantit en rien d’en faire un usage dénué de tout effet pervers. Parce que la technique obéit à un mode de fonctionnement qui lui est propre nous ne sommes pas nécessairement en mesure d’en prévoir tous les effets. Ainsi, ce n’est pas parce qu’on a édicté le code de la route que toutes les conséquences néfastes résultant de l’usage de l’automobile ont été neutralisées. On peut respecter le code de la route tout en étant agressif au volant, et cela n’empêche pas nos voitures de polluer l’atmosphère.

C’est pourquoi on ne peut se contenter d’une morale pour réguler l’usage des nouvelles technologies. On ne peut se satisfaire d’énoncer des règles définissant les bonnes pratiques, il nous faut aussi parvenir à une véritable éthique qui ne peut résulter que de la compréhension de la manière dont nous sommes reliés à ces nouvelles technologies. C’est seulement en comprenant comment notre rapport aux différents moyens de communication contribue à constituer un monde, c’est-à-dire un horizon de sens, que nous parviendrons à faire un usage adéquat de ces machines qui prétendent prolonger notre mémoire et notre pensée, mais qui parfois aussi ont peut-être tendance à s’y substituer.

Il ne s’agit donc pas seulement de définir une morale à l’usage des utilisateurs des nouvelles technologies, c’est-à-dire d’appliquer de l’extérieur des règles de conduite qui définiraient les bonnes attitudes à adopter. Même si cela est nécessaire, ce n’est pas suffisant. Il est nécessaire, en effet, d’expliquer aux jeunes, et plus largement à tous les utilisateurs des réseaux sociaux, qu’on ne peut pas y diffuser n’importe quoi n’importe comment et sur n’importe qui, que le respect de la personne humaine a aussi du sens sur internet. Tout cela peut nous apparaître comme des évidences morales, mais n’est peut-être pas évident pour tout le monde. Cependant, de telles règles de bon sens ne suffisent pas, parce qu’elles présupposent que les techniques que nous utilisons ne déterminent pas, au moins en partie, l’usage que nous en faisons. Or, une véritable éthique dans l’utilisation des nouvelles technologies ne peut émerger que de l’intérieur même de leur fonctionnement. Ce fonctionnement, il nous faut donc commencer par le comprendre.

Les nouveaux comportements, le nouvel éthos qui pourra s’en dégager ne pourra en être que plus en adéquation avec la réalité même que nous vivons. Distinguer l’éthique de la morale est un peu une « tarte à la crème » philosophique, mais si cette question revient de manière récurrente dès qu’on s’interroge sur les conduites et les comportements humains, ce n’est peut-être pas non plus par hasard. Si éthique et morale signifie étymologiquement à peu près la même chose, « éthique » venant du grec et « morale » du latin – tous deux renvoie aux mœurs à la manière de se comporter – éthique présente une signification supplémentaire, car le mot éthos désigne également l’habitation, c’est-à-dire le lieu de nos habitudes, de nos comportements quotidiens. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que l’éthique procède de la connaissance du monde que l’on habite et des facteurs qui contribuent à la transformation de cet univers.

Dans son Traité de la réforme de l’entendement Spinoza affirme que pour accéder à la sagesse, il nous faut comprendre en quoi consistent les liens qui nous unissent à la nature tout entière et que cette compréhension en modifiant notre perception du monde débouchera nécessairement sur une manière d’être et d’agir plus adéquate, c’est-à-dire plus apte au développement de la perfection de notre nature. Cette compréhension écrit ensuite Spinoza ne sera d’ailleurs pas sans conséquences sur les différents domaines de l’existence humaine et principalement sur l’éducation.

Dans la mesure où la nature désigne ici le tout de l’être et parce que, comme cela a été souligné plus haut, la technique n’est pas contre nature, mais produit une seconde nature à laquelle nous devons nous adapter, la démarche spinoziste peut très bien s’appliquer à la question des nouvelles technologies. En comprenant la nature des liens qu’impliquent ces nouvelles médiations technologiques, nous pourrons développer notre aptitude à les utiliser de manière adéquate. Nous pourrons également apprendre aux générations futures à les utiliser sans qu’elles ne génèrent de nouvelles formes d’aliénation.

En ce sens, les nouvelles technologies relèvent de ce que Bernard Stiegler qualifie de pharmakon. Le terme de pharmakon désigne en grec une substance qui peut être à la fois un poison et un remède, voire un poison qui peut être son propre antidote lorsqu’il est administré dans des proportions adaptés. Bernard Stiegler recourt d’ailleurs à Platon pour illustrer cette vertu antidotique du pharmakon. En effet, Platon disciple de Socrate, dont l’enseignement fut uniquement oral, développe, entre autres dans le Phèdre, mais aussi dans le Gorgias, une critique de l’écriture. Critique qui n’est pas sans rappeler celle qui sont aujourd’hui adressées aux nouvelles technologies. Le risque serait, selon Platon, que l’écriture fige la pensée et affaiblisse la mémoire. Cependant, que fait Platon pour tenter de remédier à ce danger ? Il écrit des dialogues. Il comprend bien qu’il n’est pas possible de revenir à l’âge durant lequel la pensée ne s’exprimait que de manière orale. Il comprend donc qu’il nous faut réfléchir au meilleur usage que nous pouvons faire de l’écriture pour combattre les dérives auxquelles elle pourrait conduire. Il perçoit bien que l’écriture ne sera jamais « dés-inventée » et qu’il faut l’utiliser comme son propre contrepoison. Il en va de même des technologies de l’information et de la communication, les ordinateurs sont là, internet est là, les réseaux sociaux sont là et il nous faut comprendre comment tout cela fonctionne pour pouvoir en user sans tomber dans la servitude.

Or, précisément, de même que le bon usage du pharmakon suppose une connaissance de ses propriétés et des effets qu’il peut produire sur un organisme, le bon usage des nouvelles technologies suppose qu’on en comprenne le fonctionnement en tant qu’instance sociale et culturelle ainsi que les effets qu’elles peuvent entraîner.

 

S’interroger sur ce qui s’est transformé dans notre monde en raison de l’extension de l’usage des nouvelles technologies, se demander en quoi nos rapports aux choses et surtout aux autres peuvent s’en trouver modifiés, en quoi les contenus même des savoirs qui sont véhiculés par ces nouveaux médias peuvent se trouver affectés du fait même des moyens par lesquels ils sont diffusés, doit nous conduire à mieux appréhender ces outils, à repenser leur utilisation dans le contexte éducatif et par conséquent à mieux habiter ce monde que produisent les nouvelles technologies.

Mieux habiter ce monde dans lequel le numérique et le virtuel jouent un rôle de plus en plus déterminant, c’est tout l’enjeu d’une réflexion sur éthique et nouvelle technologie qu’il est urgent de mener, si nous ne voulons pas devenir les esclaves de ce que nous avons enfanter.

 

Eric Delassus

Docteur en philosophie, Eric Delassus est professeur agrégé de philosophie au lycée Marguerite de Navarre à Bourges. Il est entre autres l'auteur de De l’Éthique de Spinoza à l’éthique médicale (Presses Universitaires de Rennes, 2009) et anime le site internet de philosophie http://cogitations.free.fr. Suivre sur Twitter : @EDelass

 

 

Commentaires

Il faut être lucide sur le déploiement des nouvelles technologies sur la planète à l’heure actuelle, et sur QUI, parmi les milliards actuellement sur terre, a accès à ces nouvelles technologies. Il faut songer que ce sont… les élites (les lettrés, sens étymologique, les gens qui savent lire et écrire, et pas à n’importe quel niveau) de la planète qui ont accès à ces technologies, d’une manière qui permet d’acheter, de racheter, de continuer à.. évoluer à la vitesse lumière des technologies modernes occidentales émanant surtout de la société américaine. Et donc, que le nombre de ces élites tend, par les temps qui courent, à diminuer plus qu’il ne tend à s’accroître, au fur et à mesure que les effets.. exponentiels de l’informatique se font sentir dans nos vies, nous privant du contrôle sur nos vies privées, et nous soumettant de plus en plus aux effets… imprévus et impensés de ces technologies. Il ne suffit pas d’avoir des ronds pour pouvoir acheter ces technologies ; il faut aussi avoir les neurones OU les ronds pour s’en servir, et ça risque de devenir un gouffre sans fond, une fuite en avant.
Il faut également penser que l’assujettissement à l’argent, et au travail monnayé (hors quelques personnes accédant par la grâce de leur débrouillardise, et leurs neurones…) induit par les nouvelles technologies est colossal, et réduit encore plus le mince filet de… SENTIMENT de liberté que nous pouvons avoir dans le quotidien. Dans ce contexte… le SENTIMENT de liberté que nous pouvons avoir de pouvoir nous connecter immédiatement pour regarder notre série télé préférée dans le TGV est d’une piètre consolation, de mon point de vue.
Parmi les effets les plus inattendus des nouvelles technologies, il y a le clivage grandissant entre ces élites qui sont branchés et… les autres, qui ne le sont pas. Et le fait que le fait de ne pas avoir accès aux nouvelles technologies, ou même de les refuser, devient de plus en plus impensable… pour les élites, tout comme ceux qui ne sont pas branchés tendent à disparaître à leurs yeux. Et les branchés peuvent tomber dans le panneau de croire que le quotidien des élites branchés, partout sur la planète, est identique, ce qui est loin d’être le cas. Ce n’est pas parce que TOUT LE MONDE passe par Microsoft Windows que nous sommes arrivés à ce monde rêvé par le projet Paulinien où nous sommes tous… unis/un… dans Microsoft Windows. Ce serait trop facile…(voir plus loin)

Je crois que le problème de la technique est un problème secondaire, tout de même.
Illustration :
Dans un de mes exemples préférés desidéesàl’oeuvredansnostêtesetdansnotremonde, et de l’impossibilité de séparer les idées du monde (et des techniques), il y a cet incident :
J’invite mon voisin chez moi à dîner, et lui pose la question théorique suivant : suppose que j’apporte une quiche sur la table. Nous sommes 6 à dîner, comment allons-nous assurer le travail de faire en sorte que la quiche… soit distribuée, et arrive chez chacun des 6 invités ? (Je rappelle pour la démonstration que nous sommes dans le quotidien le plus banal, ce lieu mystérieux et puissant où nous vivons 90% de nos vies…)
Je passe sur la multitude exponentielle de possibilités pour habiller cette tache essentielle, possibilités qui sont le haut lieu de la culture, pour demander au voisin, « comment vas-tu couper la quiche ? ».
Et c’est là où on voit qu’il NE SE POSE AUCUNE QUESTION sur la nécessité de couper la quiche en 6 parts égales, malgré le fait qu’il sait que les sujets singuliers N’ont PAS TOUS le même appétit, le même désir, et les mêmes besoins. Pour le voisin, LA QUICHE SERA COUPEE EN 6 PARTS EGALES, point basta.
Vous voyez, il n’est nullement question de technique dans cet exemple si éclairant. Il n’y a pas l’ombre d’une technique à l’horizon. Par contre… il y a bel et bien des idées ; c’est évident. Et, main dans la main avec ces idées, il y a des choix DE SOCIETE, et des partis pris.
Et… ces choix de société ne sont pas dans la Lumière. Ces choix de société sont bel et bien dans l’ombre, dans des lieux où l’individu ne peut pas les voir.
Cela ne suffit pas pour éliminer une forme de responsabilité individuelle, mais cela la nuance, tout de même.

Je crois, curieusement, que les effets des nouvelles technologies portent surtout la marque de leur place DANS NOTRE IMAGINAIRE par le suffixe « logie », qui a un rapport avec « logos », et même si les petites fourmis individuelles que nous sommes (devenues ?…) ignorent jusqu’au sens, et à l’étymologie de « logos », il y a, en nous, quelque chose de mystérieux qui pressent le lien avec le « logos » religieux de nos ancêtres, lien qui est matérialisé dans l’étymon « logie ».
Le « logos » est d’essence.. religieux pour notre civilisation. ET… le religieux est ce qui nous relie..
Cette observation se trouve vérifiée, je crois, par notre enthousiasme pour les nouvelles technologies à l’heure actuelle, et leurs réseaux.
La Bible, livre de sagesse, met en garde contre les FAUX DIEUX, et les faux prophètes, d’une manière qui est étrangère à la manière grecque de formuler le problème. On pourrait dire qu’un faux Dieu est celui qui vous réduit en esclavage, ET un Dieu en qui vous ne pouvez pas mettre votre foi, parce qu’il n’est pas fiable.
Nous verrons bien si les nouvelles technoLOGIES sont des faux Dieux ou des vrais..
Je ne retiens pas mon souffle, tout de même…
Encore plus quand j’observe l’empressement que nous pouvons avoir, individuellement, et collectivement, à réaliser nous-mêmes nos prophéties par besoin d’y croire…et même quand ce n’est pas du tout dans notre intérêt à long terme…

par Debra - le 20 mars, 2016


C’est vrai , internet et les réseaux sociaux véhiculent tout et n’importe quoi , comme l’a magistralement montré Gérald Bronner dans La démocratie des crédules . En même temps , quel formidable outil pour lutter contre la pensée unique , le politiquement correct , le conformisme des bien-pensants . Les journalistes l’ont d’ailleurs bien compris qui , désormais , font de plus en plus attention à ne pas confondre les faits avec leurs convictions , à ne pas repeindre le réel aux couleurs qui leur conviennent ( du moins les meilleurs d’entre eux !) . Ils savent qu’un papier outrageusement partisan leur vaudrait immédiatement une volée de bois vert sur internet et des démentis cinglants . On peut d’ailleurs regretter qu’internet et les réseaux sociaux soient venus si tard : des intellectuels comme Raymond Aron , Jean-François Revel , Simon Leys et quelques autres auraient reçu un sérieux renfort lorsqu’ils dénonçaient , bien seuls , l’aveuglement ahurissant de notre intelligentsia à l’égard du marxisme et de ses sinistres déclinaisons , stalinienne , maoïste , castriste et pol-potiste . Quant aux auteurs de science-fiction , remercions Ray Bradbury d’avoir écrit ce magnifique Fahrenheit 451 . Quel superbe symbole , ces hommes et ces femmes ayant fui la dictature qui brûle les livres , et qui , dans la forêt , ont chacun appris par coeur un chef-d’oeuvre de la littérature , pour qu’il ne disparaisse pas . Je n’ai d’ailleurs toujours pas compris pourquoi l’ Education Nationale avait supprimé l’apprentissage par coeur des plus beaux textes de notre tradition littéraire . Et vous ?

par Philippe Le Corroller - le 20 mars, 2016


Bien que je subodore que cette dernière question ne me soit pas adressée, je prends le risque de tenter une petite réponse…
Si on aligne « apprentissage par COEUR », « BEAUX textes », « notre TRADITION littéraire », on a un ensemble de mots qui sont anathème à la fuite en avant de notre modernité.
Curieusement, le monde de Bradbury est d’actualité. Ceux qui.. résistent sont encore ? déjà ? les personnes qui apprennent par coeur les beaux textes de notre tradition littéraire. Ils apprennent ces textes non seulement pour pouvoir les transmettre, mais pour sauver leurs âmes, de la même manière que d’autres, dans les lieux… clos à d’autres époques, ont pu se raccrocher à ces textes et à leur humanité par la même occasion.
Et si vous allez sur les sites d’amazon regarder… les prix…auxquels se vend notre tradition littéraire, vous verrez à quel point elle est… bradée.
Certains diront que c’est magnifique qu’elle soit accessible à tous…
Mais mon expérience me fait dire que le moment où quelque chose devient accessible à tous (dans les têtes ET dans les portes feuilles…), c’est le moment où il ne vaut pas grand chose pour le corps social.
J’aimerais bien me tromper sur ce point…

par Debra - le 23 mars, 2016


[…] Éthique et nouvelles technologies […]

par Ethique et nouvelles technologies | PhiloStjo - le 26 mars, 2016


Excuse moi, mais je suis pas d’accord parce que, inspiré de philosophie de Simondon, nos désirs et nos besoins sont modelés, par le moyen de la technicité, de la religiosité e de la esthétique, cette dernière comme un point neutre. Se vous voulez considérer seulement, une façon de la pensée, la technicité, oui, je suis d’accord, mais en face de l’humain il serait, au moins, une tiers du probléme. Il me paraitre que comprendre le rapport entre technicité, dans une cotê, et désirs et besoins, d’un autre cotê, c’est toujours une vision, partiale, étroit et très simpliste sur la individuation. Il faut toujours regarder l’individu, la médiation et le monde comme un système qui est une ensemble de systèmes, et aussi envisager la pensée comme une système avec multiple façons d’exister et d’expression. Oui, je suis d’accord que la technicité participe à notre individuation, mais elle toujours a participé de l’histoire. L’age contemporaine n’est pas l’age de la technologie. Plutôt, le point c’est éthique, autant politique, en considérant l’individu comme système complexe, où est située la technologie en rapport à la religiosité, et la esthétique? En d’autres termes, comme ils s’agit les uns dans les autres, comme nous nous configurons notre manières de penser, de sentir, percevoir, et dans un façon plus réflexive, comme nous nous devenons individuels?

[Excuse moi, parce que le français n’est pas ma langue materne, je lui remercie beaucoup pour votre texte et attention].

par Sergio - le 9 avril, 2016



Laissez un commentaire