iPhilo » Comte-Sponville : «La philosophie m’a montré que vérité et bonheur pouvaient aller ensemble»

Comte-Sponville : «La philosophie m’a montré que vérité et bonheur pouvaient aller ensemble»

26/06/2018 | par André Comte-Sponville | dans Art & Société | 6 commentaires

Download PDF

VIDEO : Nous vous proposons une fois par mois des vidéos de philosophes glanées sur le web. Car si l’on connaît leurs noms, parfois leurs pensées, souvent nous manque-t-il leur voix. Retrouvez ainsi le ton et le souffle des philosophes dans leurs propres mots. Après Marcel Gauchet, c’est un autre philosophe contemporain, plus habitué des plateaux télévisés, qui prête sa voix aux colonnes d’iPhilo. Dans un entretien mené en 2010 pour la sortie de son essai Le goût de vivre, André Comte-Sponville se confiait avec tendresse sur la mort de sa mère, tout en ouvrant un chemin vers le bonheur.

Le philosophe revient dans cet entretien sur les raisons intimes qui l’ont naturellement poussé vers la philosophie, «bonne mère» auprès de laquelle il a pu tracer un chemin de vie menant à la «sagesse vraie».  À la question de savoir si, en terminale, la découverte de la philosophie a changé sa vie, le philosophe répond que la celle-ci lui a enseigné la joie de vivre, en lui permettant pour la première fois de concilier vérité et bonheur.

Retranscription

«S’agissant non plus maintenant de ma vocation d’écrivain, mais de ma vie, ça s’est passé plus progressivement – quoique dès la classe de terminale, pour moi ce qui s’est joué en philosophie, c’est l’idée que la vérité et le bonheur pouvaient aller ensemble. Pour des raisons biographiques sur lesquelles je ne veux pas m’étendre, il se trouve que ma mère était dépressive, très malheureuse. Elle vivait dans une espèce de monde illusoire, fantasmatique, un théâtre qu’elle se faisait à elle-même – si bien qu’elle n’était vraie, au fond, que lorsqu’elle était malheureuse. Je me souviens, quand elle est morte, elle s’est suicidée – mon frère m’a appelé pour m’annoncer que notre mère venait de se suicider, on était adultes depuis longtemps – je me suis dit : «Tout était faux en elle, sauf le malheur». Et ses seuls moments de vérité étaient des moments d’abîme, des moments de malheur, de pleurs. Et donc j’avais fini par associer la vérité avec le malheur, et j’avais le soupçon que toute joie était factice. Et puis, je découvre la philosophie, notamment la philosophie grecque, et je découvre qu’il peut y avoir une vraie joie, un rapport joyeux à la vérité. C’est pourquoi il m’arrive de dire que la philosophie grecque a été ma «bonne mère», un peu au sens que Melanie Klein donne à l’expression, au sens où la philosophie, spécialement la philosophie grecque, m’a montré que la vérité et le bonheur pouvaient aller ensemble – et qu’à l’inverse, c’est l’illusion qui rend malheureux.

Lire aussi : Nietzsche, homme malade et enfant joueur (Sylvain Portier)

D’où le thème que j’évoquais dans mon premier livre, Le traité du désespoir et de la béatitude, qui est l’idée que nous n’aurons de bonheur qu’à proportion du désespoir que nous serons capables de supporter, et que l’espérance au contraire nous voue au malheur, puisqu’elle est toujours déçue. Elle nous voue à la crainte pendant qu’on espère, et presque inévitablement à la déception une fois que l’espoir ne s’est pas réalisé, ou pire peut-être, qu’il s’est réalisé. Ça, c’est une belle formule de Bernard Shaw qui disait : «Il y a deux catastrophes dans l’existence. La première, c’est quand nos désirs ne sont pas réalisés. La seconde, c’est quand nos désirs sont réalisés». Alors là, nous sommes très près du monde de Schopenhauer, finalement. C’est l’illusion qui rend malheureux, c’est l’espoir qui rend malheureux. Quand mon premier livre est paru, j’ai reçu quelques mois après la lettre d’un psychanalyste, que je ne connaissais pas du tout, un lecteur, qui me disait qu’il était tout à fait d’accord avec moi, parce que, disait-il : «Je constate avec mes patients que l’espoir est la principale cause de suicide. On se tue par déception». Et en effet, des années plus tard et après un parcours compliqué, en quelques jours ma mère s’est suicidée parce que la vie n’a pas cessé de la décevoir. Et bien ce que les Grecs, ce que la philosophie grecque nous montre, c’est que la vie ne nous déçoit que dans la mesure où on lui demande d’être autre chose que ce qu’elle est – qu’au contraire, si on accepte la vie telle qu’elle est, c’est-à-dire si on aime la vie, il n’y a plus de déception. C’est pourquoi la vraie sagesse est celle de Montaigne qui, à l’extrême fin des Essais, conclut, si l’on peut dire, en écrivant simplement : «Pour moi donc, j’aime la vie». Eh bien voilà, c’est la sagesse vraie. Mais pour aimer la vie, encore faut-il cesser de lui demander d’être autre chose que ce qu’elle est.

Lire aussi : Spinoza : l’esprit et le corps (Daniel Guillon-Legeay)

Quand j’étais petit, je m’étais cogné je ne sais où, et je me suis mis à pleurer parce que j’avais très mal. Et ma mère était là près de moi – c’était une mère très aimante, fragile, mais très aimante – et m’a dit, bizarrement, car ce n’est pas le genre de réaction qu’elle avait habituellement : «Mais écoute, tu ne peux pas avoir mal, je suis tout près de toi et je ne sens rien». Je savais pertinemment que je me faisais avoir, qu’il y avait une espèce d’escroquerie dans ce propos ; et en même temps, c’est une définition de la solitude : c’est-à-dire que quelqu’un se cogne, et ceux qui sont le plus près de lui, même ceux qui l’aiment passionnément comme c’était le cas de ma mère, n’ont pas mal à sa place. Et bien la solitude, c’est ça, et c’est une dimension dont on n’a pas parlé. Toute vie est solitaire en quelque chose – et non pas isolée, on ne vit pas tout seul. Mais vous savez ce que dit Pascal dans Les Pensées : «Nous mourons seuls». Ça ne veut pas dire que nous mourrons isolés dans une pièce où il n’y aura personne, non – au XVIIe siècle on n’est jamais seul quand on meurt : il y a toujours le curé, le médecin, les amis, la famille… Non, non, mais nous mourons seuls parce que personne ne peut mourir à notre place. Et bien pour la même raison, nous vivons seuls, parce que personne ne peut vivre à notre place. Et quand ma mère me disait : «Je suis tout près de toi et je ne sens rien», ça voulait dire au fond «Je ne peux pas avoir mal à ta place». Si bien que dans cette formule assez étrange et qui m’étonne encore aujourd’hui de sa part, elle m’apprenait une vérité essentielle, qui est la vérité de la solitude. Ce n’est pas le contraire de l’amour, mais là encore il faut prendre les deux ensemble, parce que l’amour n’est pas le contraire de la solitude, c’est deux solitudes qui se rencontrent, qui se saluent, comme disait Rainer Maria Rilke, et qui s’inclinent l’une devant l’autre.»

Lire aussi : Roland Barthes : le plaisir du texte

 

André Comte-Sponville

André Comte-Sponville, né le 12 mars 1952 à Paris, est un philosophe français. Docteur et agrégé en Philosophie, ancien élève de l'Ecole normale supérieure, il fut maître de conférences à l'Université Panthéon-Sorbonne jusqu'en 1998 et membre du Comité consultatif national d'éthique de 2008 à 2016. Auteur de très nombreux ouvrages, il est lauréat en 1996 du Prix La Bruyère de l'Académie française pour son Petit traité des grandes vertus traduit en 24 langues. Il a dernièrement publié Du tragique au matérialisme (et retour) (éd. PUF, 2015) et C'est chose tendre que la vie (entretiens avec François L'Yvonnet, éd. Albin Michel, 2015).

 

Inscrivez-vous à la newsletter iPhilo !

Recevez le premier journal en ligne gratuit écrit par des philosophes dans votre boîte mail !

 

Commentaires

Merci à iPhilo pour la publication et la transcription de ces paroles de sagesse que nous adresse André Comte-Sponville. La référence au Traité du désespoir et de la béatitude est éclairante; ce livre fondamental a beaucoup compté pour moi en ce qu’il m’a détourné de la philosophie universitaire et m’a permis de me connecter à la sagesse grecque. Plus encore, il m’a fait entrevoir, sur fond de mélancolie, la vraie tâche du philosophe, laquelle est strictement la même que pour tous les autres hommes mais exige pour le philosophe un effort plus soutenu : essayer de penser sa vie et de vivre sa pensée, tâcher de vivre heureux, sans trahir la vérité, chercher le bonheur ici et maintenant en acceptant le réel. La tâche est ardue, mais elle en vaut le coup !

par Daniel Guillon-Legeay - le 26 juin, 2018


Bonjour,

Merci Monsieur.

C’est édifiant de prendre la vie ,le monde tel qu’il est en vérité.L’espoir comme pis-aller,effectivement n’éprouve pas;il use les dents sur la pierre.

La réalité de l’être au monde et sa consistance se situe dans l’action-le cheminement seul remplit-dans le oui à l »existence.

A l’instar,nous naissons seul,et..besoin de personne pour mourir.

Se confronter,se frotter aux aspérités,aux rugosités,accepter,sentir dans sa chair et dans l’âme la douleur et la joie,voilà qui fait le bonheur.

par philo'ofser - le 27 juin, 2018


Bien sûr, toute vie est solitaire. Mais si nous aimons à ce point la littérature, n’est-ce pas que l’espace d’un instant, celui de la lecture, nous vivons d’autres vies ? Et, plus généralement , n’est-ce pas ce que nous apportent la musique, la peinture , le théâtre, le cinéma , tous les arts : un élargissement de notre être , la sortie de cette prison que peut s’avérer parfois la solitude ? Bien sûr, je vais mourir. Mais savoir que Don Quichotte, Roméo, Faust, Emma Bovary , Anna Karénine, sont déjà morts , je ne sais pas vous mais moi ça m’aide ! Je blague, bien sûr, mais pas tellement, au fond : si l’on traverse une dépression, n’a-t-on pas plus de chances d’en sortir lorsqu’on reste malgré tout  » branché  » avec le monde grâce à la littérature, la musique, la peinture, etc… ?

par Philippe Le Corroller - le 27 juin, 2018


Bonjour. Cet article est très intéressant et m’a beaucoup appris. Merci.

par pierre - le 29 juin, 2018


Cet article pose la question du bonheur. Cette question me parait très importante. Merci à iphilo de nous pousser ainsi à réfléchir.

par gérard - le 29 juin, 2018


L’homme est heureux par essence, il aime la vie naturellement ?
Le bonheur serait un « déjà là ». S’il est absent, c’est qu’il est perdu à cause de l’attente d’un mieux.
D’où vient l’attente du mieux ? D’une idée ? On se fait une idée de la chose belle et on juge ce qui se présente en le comparant à ce que l’on attend. D’où vient cette idée qui nous fait perdre le bonheur ?
Elle vient d’une expérience heureuse que l’on s’efforce de retrouver ? Qu’est-ce qui fait de cette expérience un but que nous désirons sans cesse ? Un fantasme fixe l’expérience en tant que but ? Est-ce que toutes les « cultures » ont le même rapport au bonheur ?
Est-ce que notre « culture » ne fait pas du bonheur un but à atteindre comme s’il n’était pas déjà là ? En quoi le christianisme est de ce point de vue déterminant pour notre rapport u bonheur ?

par gérard - le 29 juin, 2018



Laissez un commentaire