iPhilo » Découverte du crâne de Socrate : atteint de schizophrénie, il n’a jamais dialogué qu’avec lui-même

Découverte du crâne de Socrate : atteint de schizophrénie, il n’a jamais dialogué qu’avec lui-même

1/04/2014 | par Alexis Feertchak | dans Philo Contemporaine | 20 commentaires

 

Socrateschizo
Download PDF

C’est une bombe  dans le petit monde de la philosophie. Un terrassier grec a donné un coup de pelleteuse salvateur pour l’histoire de la philosophie et des neurosciences. Il y a trois mois, Spyros Pappadimos a déraciné plusieurs oliviers dans son jardin pour reconstruire un nouveau moulin à huile. Les travaux ont été arrêtés immédiatement devant la tombe en pierre qui est sortie au grand jour. Des hellénistes de l’Université d’Athènes ont été stupéfaits de l’épitaphe écrite sur la tombe : « Je sais que je ne sais pas qui nous sommes ».

« La première partie de la phrase nous a immédiatement fait penser à la célèbre phrase de Socrate, dont nous n’avons jamais retrouvé la tombe ! Mais nous ne comprenions pas le « nous » de la deuxième partie de la phrase » nous explique Maria Pappadimos, spécialiste d’épigraphie grecque. La tombe a ensuite été investie par des neuroscientifiques qui sont arrivés à une conclusion extraordinaire : non seulement la tombe est bien celle de Socrate, où des traces de cigüe ont été retrouvées, mais le crâne de ce dernier révèle l’existence d’un trouble mental catatonique du grand philosophe, qui explique par la même occasion le « nous » de l’épitaphe. Socrate était schizophrène : « il n’a jamais dialogué qu’avec lui-même » en conclut Maria Pappadimos. Platon était son seul ami : il a veillé sur Socrate, gravement malade. Récupérant les conversations de Socrate avec ses autres lui-même, Platon a ensuite profité de cette confusion mentale pour créer la forme des dialogues.

Les conséquences de cette découverte sont bouleversantes : la maïeutique est une fiction théâtrale de l’œuvre de Platon. La vérité n’accouche pas du dialogue, ce qui donne un grand coup de pied à la tradition dialectique. L’opposition entre le « oui » et le « non » ne peut finir par enfanter un troisième terme qui réconcilie les contradictions internes d’un couple de concepts.

La révélation de la schizophrénie de Socrate met le gouvernement français en ébullition. Vincent Peillon, ministre de l’Education, est sur la sellette ! Le plan en trois parties qui est une exception française, le fameux thèse-antithèse-synthèse, pourrait s’avérer contre-productif. Les anglo-saxons savourent déjà leur victoire pédagogique. Faudra-t-il fermer la classe de philosophie en Terminale ? Ce serait un choc historique pour la France.

Le Commissaire européen à l’éducation Mme Androulla Vassiliou a prévenu Paris : la Commission européenne va mettre sous surveillance l’enseignement de la philosophie en France. Le choc pourrait être terrible alors que les élections européennes pointent leur nez. Déjà, les Normands affichent leur scepticisme : ils savent bien, disent-ils, que le « oui et non » n’a jamais fait avancer l’histoire.

Le cinéaste René Viénet pourrait être fier du titre de son film de 1973, annonciateur de l’actualité d’aujourd’hui : la dialectique peut-elle (encore) casser des briques ?

 

Alexis Feertchak

Alexis Feertchak est journaliste au Figaro et rédacteur en chef du journal iPhilo, qu'il a fondé en 2012. Diplômé de Sciences Po Paris et licencié en philosophie de l'Université Paris-Sorbonne après un double cursus, il a été pigiste pour Philosophie Magazine et collabore régulièrement avec l'Institut Diderot, think tank de prospective. Suivre sur Twitter : @Feertchak

 

 

Commentaires

Beau poisson !!

par Claude Courouve - le 1 avril, 2014


Qui parle de poisson :-) ?

par L'équipe d'iPhilo - le 1 avril, 2014


[…] Les conséquences de cette découverte sont bouleversantes : la maïeutique est une fiction théâtrale de l’œuvre de Platon. La vérité n’accouche pas du dialogue, ce qui donne un grand coup de pied à la tradition dialectique. La Commission européenne va mettre sous surveillance l’enseignement de la philosophie en France.  […]

par Découverte du crâne de Socrate: at... - le 1 avril, 2014


Un poisson d’avril qui tombe en cheveu dans la soupe comme un pavé dans la mare… De quoi s’agit-il, au juste ? Une prétendue découverte, avec des neurobiologistes qui se pencheraient sur un crâne dont le cerveau génial a été rongé par des vers eux-mêmes morts depuis deux mille ans ? Allons, messieurs les princes de la philosophie, levez-vous… Croyez-vous réellement qu’on puisse accabler ceux qui ont forgé notre monde (bonjour monsieur Rousseau, et au passage, merci pour les acquis de notre Code Civil) sont des fous ? Le plus fou est-il celui qui forge l’idée absurde, ou celui qui la suit en l’estampillant du même coup du sceau de vérité ?

par Muscat Benjamin - le 1 avril, 2014


Un régal. Merci mille fois.

par DEB - le 1 avril, 2014


Pour l’instant, le meilleur poisson de la journée … bravo !!!

par Héloïse - le 1 avril, 2014


Merveilleux poisson d’avril, merci beaucoup.

par Richard - le 1 avril, 2014


J’adore !!!

par Laurie - le 1 avril, 2014


Beau poison d’avril ! Tout à fait dans l’esprit du temps…

par Suzanne - le 1 avril, 2014


Je suis heureux de cette nouvelle. Je trouve en effet que certains fondements essentiels de l’enseignement en France ne sont pas cohérents. Par ailleurs, je trouvais que poser Socrate en unique fondateur de la philosophie (cf le cours de Philosohie en Terminale) était exagéré.

J’espère que le plan immuable en trois parties, et le tirage par les cheveux, notamment lors des études de textes en Français au lycée, vont se désintégrer. Ce moule est bien trop restrictif, et à tort élitiste.

Je ne peux que me réjouir infiniment de cette nouvelle qui risque d’impacter l’enseignement en France. Et donc les mentalités.

par Serguei - le 2 avril, 2014


La schizophrénie diagnostiquée sur un crâne et des personnalités multiples???? Mouuuuuuaaaahahaha! L’auteur très imaginatif de ce canular de premier avril est sans doute peu versé dans les arcanes de la psychiatrie (que je connais bien mieux que la philo j’avoue). Et je ne relèverai même pas les incohérences méthodologique et autres pirouettes et raccourcis… Mais je dois admettre que c’est bien tenté :) joyeux premier avril à tous! Et encore bravo au farceur! Avouez qui a couru plutôt que marché?

par Garulfau - le 2 avril, 2014


Nous sommes confus, est ce que cette histoire est vraie ou bien c’est un poisson d’avril ? SVP que les directeurs du site nous confirment la veracite de cette hostoire.

par pierre - le 2 avril, 2014


Merci à tous pour vos réactions. Je tiens à rassurer @Pierre. Il s’agit évidemment d’un poisson d’avril, que j’ai concocté hier matin. Comme le dit @Garulfaut, je suis en effet peu versé dans les arcanes neuroscientifiques et l’histoire ne passerait pas auprès de la communauté scientifique, mais bon, un 1er avril, tout est permis. En tout cas, n’ayez crainte, la Commission européenne va laisser les classes de Terminale tranquilles :-)
Alexis Feertchak, rédacteur en chef d’iPhilo

par Alexis Feertchak - le 2 avril, 2014


Euh… Parce que ds son crâne se trouvait encore son cerveau interact sur lequel ils ont procédé à une IRM, un scanner pour vérifier l’intégrité ou non intégrité de structures et donctions ?!?

Hum hum !

Ou alors je n’ai point vérifie la date de l’article, c’est un ιχθύς

par Dio'nYsia Tiss'eau - le 2 avril, 2014


LOL
Mais bon, la philo n’est t’elle pas aussi une eau ou « nous » pêchons un peu tout ce que « nous » voulons… 😉

par peper-eliot - le 3 avril, 2014


Je me souviens d’un film où on disait avoir découvert la tombe de Jésus Christ avec sur le crâne la marque de la couronne d’épine. Je me souviens aussi qu’au temps de Jésus, ses contemporains l’ont taxé de fou… Bref je pense personnellement que les comparaisons entre la personne de Jésus et la personne de Socrate continuent.
Ce que je peux dire par rapport à cette prétendue découverte est que notre monde et la pensée matérialiste particulièrement tend de plus en plus à renverser le ciment de la société. En effet, tout se passe comme s’il y a un nouvel ordre qui veut à tous les coups ébranler les fondements métaphysiques et historiques afin que règne la chao total dans le monde et que les fils de la lumière soient confondent…. Alors, chers lecteurs, prenez garde car votre adversaire rôde afin de vous prendre au piège.

par Martial Laconscience - le 22 mai, 2014


J’ai eu peur ! Ouf !

par Isabelle la Belge - le 2 juillet, 2014


Un poisson d’avril (sans doute) mais …
Un schizophrène nommé Socrate.
http://schizo-non.allmyblog.com/311-socrate.html

par MCPN - le 8 septembre, 2014


Socrate, Jésus, Bouddha – Trois maîtres de vie.
Une histoire de trois schizophrènes illuminés et les Autres.
http://schizo-non.allmyblog.com/142-frederic-lenoir.html

par MCPN - le 8 septembre, 2014


Alexis est décidément très en verve aujourd’hui ! Génial cabotinage pour ce premier avril où tout est effectivement permis.

Et puis, Pascal ne faisait-il pas observer avec justesse que « se moquer de la philosophie, c’est encore faire de la philosophie ».

Merci Alexis.

Daniel Guillon-Legeay

par Daniel Guillon-Legeay - le 1 avril, 2015



Laissez un commentaire