iPhilo » Diaboliser et être diabolisé : le cercle de la haine

Diaboliser et être diabolisé : le cercle de la haine

31/05/2014 | par Pierre-André Taguieff | dans Politique | 8 commentaires

Download PDF
Nous publions avec l’aimable autorisation de son auteur et celle des éditions du CNRS les « bonnes feuilles » du dernier livre de Pierre-André Taguieff, Du diable en politique. Réflexions sur l’antilepénisme ordinaire.

n
On peut définir la diabolisation comme un acte de discours à visée polémique consistant à transformer en diable, ou en représentant du Mal, un adversaire, individuel ou collectif, traité en ennemi absolu. Elle représente une forme de catégorisation négative d’un individu ou d’un groupe humain, dans le cadre d’un conflit ou d’un affrontement. Elle implique une déshumanisation de l’autre, qui fait l’objet d’une réduction (à une figure non humaine) et d’une reconstruction, faisant surgir une altérité intrinsèquement négative et chimérique. Les propagandes politiques y recourent, comme les propagandes de guerre. Il s’agit à la fois de faire peur et de faire haïr, pour faire agir dans un certain sens. La diabolisation constitue donc une méthode d’illégitimation d’un adversaire, d’un opposant, d’un concurrent, d’un contradicteur, qui sont par là même transformés en ennemis, et en ennemis redoutables.

Diaboliser, c’est dénoncer et condamner un individu ou un groupe assimilé à une incarnation du Mal. Et, partant, créer un ennemi absolu, absolument redoutable et haïssable, contre lequel tout est permis. Celui qui diabolise l’autre (l’opposant ou le différent) se classe par là même dans la catégorie des représentants du Bien, voire des combattants du Bien. (…)

La diabolisation de l’ennemi est une opération qui fait partie de la logique du nationalisme, dont la stratégie est d’abord défensive. Les nationalistes désignent leurs ennemis, d’une part, en tant que responsables du désordre à l’intérieur de la nation, un désordre facteur d’affaiblissement ou de déclin, et, d’autre part, en tant qu’incarnant une menace pour la survie de la nation. Si les nationalistes diabolisent les ennemis du peuple, à l’intérieur, ou ceux de la nation, à l’extérieur, ils sont eux-mêmes fortement diabolisés en retour. Ils sont accusés notamment d’être partisans de la fermeture sur soi de la nation, de se montrer xénophobes ou racistes, et surtout d’être des fauteurs de guerre. D’où le cercle vicieux de la diabolisation, vouée au mauvais infini de la rivalité mimétique : la diabolisation appelle la diabolisation. Diaboliser l’autre, c’est inciter l’autre à nous diaboliser en retour. Il en va de la diabolisation comme de la haine ou de l’intolérance, créatrices de cercles vicieux. « L’intolérance provoque l’intolérance », notait Anatole Leroy-Beaulieu à l’époque de l’affaire Dreyfus (…)

Lorsqu’on aborde le cas du Front national, on rencontre une interaction polémique complexe entre diabolisateurs et diabolisés. Car les leaders du FN, à commencer par Jean-Marie Le Pen, n’ont cessé de diaboliser leurs adversaires et leurs rivaux, sans compter les renégats de leur mouvement. Ils diabolisent aussi les causes supposées des malheurs ou du déclin de la France. Comme le rappelle Pascal Perrineau (La France au Front, Paris, Fayard, 2014), « le Front national excelle plus que toute autre force politique à stigmatiser des “diables” et des ennemis à livrer à la vindicte populaire : les multinationales, l’Europe, la mondialisation, le “libre-échangisme”, l’“euromondialisme”, l’islamisme, les communautarismes, l’“UMPS”, mais aussi la “Caste”, les élites, les eurocrates, l’“hyperclasse”, les califats, l’“Établissement”, les immigrés, les technocrates… » En outre, c’est par la diabolisation de son président que le FN est sorti de la marginalité. Le diabolisateur Le Pen semble avoir joué la carte de sa propre diabolisation par ses adversaires politiques. On se souvient des provocations verbales de Jean-Marie Le Pen, amateur de jeux de mots douteux (« Durafour crématoire ») et de formules minimisant ou mettant en doute le génocide nazi des Juifs d’Europe (l’affaire dite du « point de détail »).  L’auto-diabolisation volontaire par la provocation systématique aurait ainsi représenté un outil tactique pour percer le mur du silence ou de l’indifférence, l’un des stratagèmes utilisés par un Le Pen en quête de visibilité médiatique. La diabolisation provoquée peut donc faire l’objet d’un choix stratégique. Prendre la posture du diabolisé et la mettre en scène, c’est se présenter glorieusement comme une victime injustement accusée et comme un héros, un « résistant ».  Bref, le fait d’être traité comme une figure du diable devient une preuve qu’on est le contraire du diable. La diabolisation se retourne en mode de transfiguration. La mauvaise réputation s’avère bonne pour la réputation, et se traduit par l’acquisition d’un prestige, donc d’un capital d’autorité charismatique. Ami de Jean-Marie Le Pen, Dieudonné a reconnu lui-même, dans une interview accordée à Alger, en février 2005, au journaliste Hakim Kateb, que la diabolisation médiatique pouvait avoir, dans le cas de Le Pen comme dans le sien, des effets de séduction, et constituer un puissant outil de popularité : « Les gens en France votent de plus en plus pour Le Pen. Cet ancien d’Algérie était présent au second tour. Ça prouve bien que les gens n’écoutent plus les médias. Et plus ils cassent Le Pen, plus les gens votent pour lui. Plus on me casse moi, plus on vient me voir. Ils sont en train de perdre leur pouvoir, les sionistes. Tant mieux. »

La diabolisation de Le Pen, commencée en 1983-1984,  a eu pour effet  pervers d’accélérer puis de renforcer la promotion médiatique du leader national-populiste. Autrement dit, Le Pen doit principalement sa notoriété médiatique aux attaques diabolisantes dont il a fait l’objet. C’est pourquoi, si l’on considère les stratèges du FN comme des acteurs rationnels et passablement cyniques, l’on peut se demander si leur volonté déclarée de « dédiaboliser » leur parti n’est pas empreinte de mauvaise foi. Elle ne serait dans ce cas qu’une tactique permettant de diaboliser en retour les diabolisateurs antilepénistes. (…)

La diabolisation, dans la concurrence politique, peut donc être un atout : la figure d’un personnage diabolisé attire, séduit, voire fascine. La diabolisation est un ingrédient de toute figure charismatique. Il en va de même pour un parti : la diabolisation constitue un puissant facteur de son attractivité. Le simple fait d’être perçu comme n’étant pas un parti comme les autres lui confère de la séduction. L’écart par rapport à la norme, serait-ce un écart perçu négativement, suffit à provoquer une attirance. Avec cependant un prix à payer : la relative mais permanente marginalisation du diabolisé, serait-il devenu une figure populaire. C’est le cas, jusqu’à nouvel ordre, du FN. On ne séduit pas sans prendre le risque de provoquer des rejets et de multiplier ses ennemis. Il se trouve par ailleurs qu’on ne peut se « dédiaboliser » soi-même, par une décision prenant l’allure d’un projet à réaliser. Dans ce qui a été diabolisé, il reste toujours une diabolisation résiduelle. Le « pli » persiste. Mais cette « dédiabolisation » incomplète du FN présente l’avantage de lui conserver sa saillance : l’acquisition d’une totale respectabilité le banaliserait. Totalement « dédiabolisé », le FN perdrait une grande partie de son attractivité. Il lui faut trouver un équilibre pour persister dans l’existence politique : ni trop, ni trop peu, que ce soit dans la diabolisation ou dans la « dédiabolisation ». Tel est le paradoxe dont l’existence du FN est l’illustration. (…)

Étudier la diabolisation, c’est, pour l’essentiel, chercher à déterminer « le mécanisme psycho-social par lequel une communauté devient objet de haine » (Raymond Aron). (…) Diaboliser, c’est inciter à la haine en transformant un individu ou un groupe en ennemi du genre humain. Dans un article paru en 1955, Aron notait : « Le phénomène décisif ce sont les haines abstraites, les haines de quelque chose que l’on ne connaît pas et sur quoi on projette toutes les réserves de haine que les hommes semblent porter au fond d’eux-mêmes. » La haine elle-même, aussi abstraite soit-elle, est empreinte de sacré, comme si elle était contaminée par la sacralité de la Cause et du combat mené. Avec les mobilisations inspirées par la doctrine de la guerre sacrée, qui permet de transformer toute lutte en croisade, c’est le plus précieux des héritages culturels et politiques de l’Europe qui est jeté aux poubelles de l’Histoire : la séparation des sphères (sécularisation ou laïcité), le pluralisme et la tolérance, le respect de l’adversaire, le sens du débat, le désir de trouver un accord avec l’adversaire, la recherche du compromis. Voilà qui exalte moins les exaltés que l’esprit manichéen, l’engagement total dans un combat sacré et le désir d’anéantir l’ennemi absolu.

La vision extrémiste du monde consiste à voir des ennemis partout, qu’ils soient ceux d’en haut (les « puissants »), ceux d’à côté (les concurrents dangereux) ou ceux d’en face (les « envahisseurs »). Ces figures de l’ennemi absolu ont un premier caractère commun : leur capacité de se dissimuler, de porter des « masques ». Elles représentent des forces et des puissances cachées, souterraines, occultes. Leur deuxième trait commun est qu’elles sont censées conspirer contre les peuples ou le genre humain. C’est pourquoi l’extrémisme politique est inséparable d’une perception conspirationniste de la marche de l’Histoire, machine à fabriquer des ennemis absolus, qu’il s’agit d’abord identifier, en leur arrachant leurs « masques », ennemis qu’il faut ensuite éliminer et non pas simplement vaincre, et encore moins convaincre. Défini dans le langage symbolique des adeptes du combat sacré, l’objectif final est de « nettoyer » ou de « purifier » la terre des créatures « nuisibles » qui la « souillent ».

On peut caractériser cette configuration idéologique comme impolitique, dans la mesure où elle récuse par principe toute recherche du compromis, rendant ainsi impossible la transformation des adversaires en interlocuteurs respectables, qui, dans une société libre, ouvre la voie à la paix civile. L’intransigeance et le fanatisme transforment les antagonismes en guerres d’extermination. Entre adversaires, la discussion loyale, la volonté de se mettre d’accord au moins sur les raisons du désaccord et la recherche du compromis constituent le seul fondement de la paix dans la nation comme de la paix entre les nations. Un conflit, quand aucun compromis n’est possible, prend nécessairement la figure d’une guerre sans fin. Refuser en principe le compromis, c’est refuser la paix, s’il est vrai, comme l’a établi Julien Freund, que « la paix est inévitablement un compromis ou elle n’est rien, sinon une utopie et une chimère ». La paix, comme la guerre, étant « une affaire politique », précise Freund, « on ne peut l’établir autrement que par les moyens de la politique ». Et le respect de ce principe vaut pour prévenir les guerres civiles, qu’elles soient « chaudes », « froides » ou verbales.

La politique ne se confond pas avec la morale, mais leurs valeurs et leurs normes respectives interfèrent entre elles. On peut modéliser leurs relations par une intersection entre deux cercles ou deux sphères, comme le propose Paul Ricœur. L’écart entre morale et politique ne saurait être effacé, en ce que, comme le note Ricœur, « la morale de conviction et la morale de responsabilité ne peuvent entièrement fusionner». La tâche qu’on peut se donner est de tout faire pour que ces interférences prennent l’allure d’un cercle vertueux. Si la vraie morale se moque de la morale, et,  a fortiori, du moralisme, l’un des premiers principes de la (vraie) morale pourrait se formuler comme suit : « Ne retrancher personne de l’humanité. » Nul homme ne devrait pouvoir être dit « de trop » parce ce qu’il serait l’incarnation d’une figure satanique ou d’une « sous-humanité ». Ce serait congédier enfin la diabolisation comme mode d’exclusion de certaines catégories d’humains et comme méthode de non résolution des problèmes de société.

 

Pierre-André Taguieff

Pierre-André Taguieff est un sociologue, politologue et historien des idées français. Il est directeur de recherches au CNRS, attaché au CEVIPOF de Sciences Po, et enseigne à l’Institut d’études politiques de Paris. Ses travaux portent en particulier sur les questions du racisme, de l’antisémitisme et des idéologies d’extrême-droite. Après avoir dirigé la publication du Dictionnaire historique et critique du racisme aux Presses Universitaires de France (2013), il vient de publier Du diable en politique. Réflexions sur l’antilepénisme ordinaire (Editions du CNRS, 2014).

 

Inscrivez-vous à la newsletter iPhilo !

Recevez le premier journal en ligne gratuit écrit par des philosophes dans votre boîte mail !

 

Commentaires

Remarquable ! A faire lire à tous ceux qui s’imaginent  » lutter  » contre le FN en le diabolisant .

par Philippe Le Corroller - le 31 mai, 2014


Merci M. Taguieff pour la critique de cette dérive diabolique que vous annoncez depuis longtemps . Je dois dire que cette réaction de l’antilepénisme ordinaire est aussi très française . Les anglais semblent regarder l’ascension de Nigel Farage avec beaucoup plus de pragmatisme !

par G. Vanderwildt - le 31 mai, 2014


Très belle analyse qui démontre toute la complexité et la perversité de cet instrument.

par DURAND - le 4 juin, 2014


[…] NB Pour en savoir plus sur le contenu de l’ouvrage passionnant de P.A. Taguieff, je renvoie à mon article paru ici, et aux bonnes pages publiées sur le site iphilo. […]

par Dreuz.info » Pierre-André Taguieff victime d’un « attentat journalistique » - le 6 juin, 2014


[…] NB Pour en savoir plus sur le contenu de l’ouvrage passionnant de P.A. Taguieff, je renvoie à mon article paru ici, et aux bonnes pages publiées sur le site iphilo. […]

par Pierre-André Taguieff victime d’un « attentat journalistique » commis par Le Monde - Les Observateurs - le 6 juin, 2014


Excellente analyse en effet qui démonte la mécanique pernicieuse et politiquement contreproductive de la diabolisation…
Ce qui demeure néanmoins pour moi énigmatique « c’est cette attractivité qu’exerce le diable » sur le citoyen ordinaire…mais peut-être est-ce là une question naïve et hors du propos?

par Anna92 - le 7 juin, 2014


Bonjour,

Oui bien sûr. Morale et politique, cela ne se peut pas. Quelle morale ?
Ce que vous dites avec conviction, n’est pas à la portée de tout ce monde qui vote. Il s’agirait de vulgariser les idées qui aiderait à une prise de conscience de la réalité. S’en tenir à convaincre par la raison, la logique, la patience et une inlassable pédagogie ; la morale chacun en a une représentation plus ou moins précise…

Cela devrait faire l’objet des stratégies de » campagne », s’adressant à l’électorat, à dispenser dans le discours des politiques. Mais, le politique ne résiste pas longtemps à tirer et à maintenir vers le bas l’électeur; pour les raisons évidentes.

Au reste, en l’état, serait-il éligible s’il exprimait sa vision de la vérité ?

Est il obligé de mentir au peuple et le peuple est il obligé de croire à des promesses dont il sait qu’elles ne seront pas tenues ?

Un jeu de dupes ? Qui est le menteur de l’autre ?

par philo'ofser - le 20 juin, 2014


[…] NB Pour en savoir plus sur le contenu de l’ouvrage passionnant de P.A. Taguieff, je renvoie à mon article paru ici, et aux bonnes pages publiées sur le site iphilo. […]

par Pierre-André Taguieff victime d’un « attentat journalistique » commis par Le Monde | Europe Israel - analyses, informations sur Israel, l'Europe et le Moyen-Orient - le 22 juin, 2014



Laissez un commentaire