Rousseau, fondateur de l’ethnologie ?

30 novembre 2015 | Claude Obadia

ANALYSE : L'oeuvre de Rousseau manifeste le souci prépondérant d'élucider la question du mal. Rousseau serait-il le fondateur des sciences de l'homme ?

Inscrivez-vous à la newsletter iPhilo !

Recevez le premier journal en ligne gratuit écrit par des philosophes dans votre boîte mail !

De quoi André Glucksmann est-il le nom ?

12 novembre 2015 | Philippe Granarolo

HOMMAGE : Un philosophe essentiel pour notre génération vient de tirer sa révérence. Rappeler les grandes étapes de l’itinéraire d’André Glucksmann relève sans doute d’un devoir de mémoire, mais aussi du bilan d’un moment charnière de notre histoire.

René Girard : le miroir et le masque

5 novembre 2015 | Alexis Feertchak

HOMMAGE : Pour éclairer cette confusion entre culture et violence dans le brouhaha de l’histoire humaine, René Girard, le penseur du mimétisme, manquera à beaucoup.

La dé-moralisation et la démoralisation

1 novembre 2015 | Christian Godin

TRIBUNE : Le sujet est démoralisé parce qu’il ne voit dans le réel aucun motif d’espoir, et il ne voit dans le réel aucun motif d’espoir parce qu’il est démoralisé.

Les trois combats d’un Parfait cathare : Georges Canguilhem

28 octobre 2015 | Robert Redeker

TRIBUNE : Robert Redeker livre ses réflexions sur les combats de la vie de Georges Canguilhem, entres autres la Résistance, ses engagements politiques, l'enseignement de la philosophie et ses travaux sur la biologie.

Au-delà du progressisme ?

4 octobre 2015 | Philippe Granarolo

TRIBUNE : La civilisation occidentale si longtemps dominante a imposé les cadres de son finalisme au reste de la planète, et l’on doit se demander si ce que Robert Redeker nomme « définalisation » peut prendre une autre tournure que l’effondrement tragique que Nietzsche baptisa du nom de « nihilisme ».

L’Égoïsme : faut-il vraiment penser aux autres ?

18 septembre 2015 | Dominique Lecourt

TRIBUNE : En portant au pinacle la sécurité et la propriété, les soixante-huitards deviennent des conservateurs light. On constate chez eux un impressionnant immobilisme politique, une inquiétante atonie intellectuelle et une indéniable décadence morale.

Onfray, ce pelé, ce galeux, ce Phénix matérialiste

29 juin 2015 | Robert Redeker

TRIBUNE : Tout Onfray se déploie dans Cosmos : l’homme et sa pensée. Loin des postmodernes ou de la French Theory, des penseurs germanolâtres et germanopratins, Michel Onfray est ce qu’on appelait au XVIIIème siècle, dans une acception typiquement française, « un philosophe ». Préférant la campagne aux villes, il souhaite philosopher « hors des clous ».

A l’attention de nos lecteurs

11 mai 2015 | iPhilo

BREVE : Vous l'avez peut-être remarqué, mais le site iPhilo a été indisponible pendant quelques jours. Nos serveurs ont été attaqués par un flibustier 2.0 qui souhaitait visiblement les utiliser pour son propre compte. L'attaque, très sévère, a conduit à l'arrêt de nos serveurs ; il nous a fallu en changer en toute urgence.

La cause des animaux, pour un destin commun

2 mai 2015 | Laurence Harang

RECENSION : Le titre du dernier livre de Florence Burgat est assez éloquent : « La cause des animaux, pour un destin commun » implique bien l’idée de prises de position, de luttes afin de partager l’existence des êtres sensibles et de parvenir à vivre ensemble.

La raison des normes. Essai sur Kant

24 avril 2015 | Jean-Francois Kervegan

ANALYSE : Le philosophe Jean-François Kervégan nous présente son dernier ouvrage, consacré à la pensée de Kant, au présent, pour éclairer notre rapport aux normes et à la normativité.

Un dispositif de pouvoir foucaldien emblématique : le supermarché

30 mars 2015 | Simon Lemoine

ANALYSE : Avec les nombreuses micro-influences mises en œuvre par le supermarché à notre insu, on me fait voir et on me cache, on me regarde sans être vu, on régule les discours auxquels je puis avoir accès et que je pourrais tenir, et on met à contribution mon corps : l'individu est aliéné par le dispositif de pouvoir qu'il fréquente.

L’attention permanente du philosophe au quotidien

20 mars 2015 | Mael Goarzin

ANALYSE : On trouve dans les différents textes stoïciens un souci très précieux du quotidien, qui permet, dès la première lecture, de mettre en pratique les conseils que l’on y trouve. Epictète rappelle sans cesse la nécessité de mettre en pratique les principes stoïciens, comme je l’ai rappelé dans la première partie de cet article.

Machiavel : la forêt et l’arbre ou le creuset florentin

27 février 2015 | Jean-Louis Fournel

TRIBUNE : Machiavel déroute, Machiavel saisit son lecteur, l’intrigue et le désarçonne comme s’il s’agissait d’un homme et d’une oeuvre uniques, déplacés. Un homme et une oeuvre que l’on pourrait croire, donc, sans lieu et sans ancrage. Le Prince, qu’il appelait son “opuscule”, et les Discours sur la première Décade de Tite live ont donné à Machiavel une place de choix dans la vieille histoire de la pensée politique mais, du même coup, sa florentinité tend souvent à s’effacer devant l’universalité conférée à son oeuvre.

Education : faire attention à l’attention

18 février 2015 | Natalie Depraz

TRIBUNE : Comment donc « faire attention » à l’attention ? La question peut paraître circulaire, puisqu’on y utilise l’acte même d’attention pour accéder à ce qu’on cherche à identifier : l’attention. Justement, c’est ce que la circularité révèle : l’attention n’est pas un contenu de connaissance ou d’action, un état, un acte ou une activité, mais la modalité (par principe multiple) de ces activités.

La nécessaire mise en pratique de la philosophie

6 février 2015 | Mael Goarzin

ANALYSE : Le philosophe Maël Goarzin s'interroge sur le succès de la philosophie antique aujourd'hui. Pourquoi magazines et vulgarisateurs s'emparent-ils des Stoïciens et des Épicuriens ? Peut-être parce que la philosophie antique était fondamentalement pratique.

Le préjugé de tous les préjugés

30 décembre 2014 | Eric Delassus

BONNES FEUILLES : Nous n’avons pas des yeux pour voir, mais nous voyons parce que nous avons des yeux. Le préjugé finalise inverse l’ordre naturel des choses et prend toujours l’effet pour la cause. Mais, ce qui fait que ce préjugé nécessite qu’on lui accorde autant d’important et que l’on dépense autant d’énergie pour le combattre, c’est qu’il est à l’origine de tous les autres.

La philosophie au coeur de notre vie

28 novembre 2014 | D. Guillon-Legeay

Pour expliquer brièvement – en une phrase - en quoi consiste la philosophie à des non spécialistes, je choisirais, entre toutes les options possibles, celle-ci de Montaigne : « Le vrai miroir de nos discours est le cours de nos vies ».

Connaître. Questions d’épistémologie contemporaine

20 novembre 2014 | Benoit Gaultier et Jean-Marie Chevalier

Nous publions les bonnes feuilles du livre "Connaître. Questions d'épistémologie contemporaine" qui vient d'être publié aux éditions d'Ithaque, sous la direction Jean-Marie Chevalier et Benoit Gaultier, maîtres de conférences au Collège de France.

La présence des exercices spirituels dans l’espace contemporain

8 novembre 2014 | Xavier Pavie

Il faut accepter ou sublimer le quotidien. Il n’y a pas d’alternative et dans les deux cas, ce n’est pas se laisser aller à une vie de « désespoir tranquille » comme peut le condamner Cavell. C’est au contraire se confronter, se battre pour mieux vivre, pour accepter ce quotidien qui nous apporte chaque jour son lot de difficultés. Ou pour le réenchanter en l’inventant, en le créant, en faisant de celui-ci une œuvre d’art.

La philosophie comme un roman. Nouveau dialogue avec Socrate !

31 octobre 2014 | L. Hansen-Löve

Dans "La philosophie comme un roman", LHL interviewe les philosophes, de Socrate à Hannah Arendt. En voici un exemple, avec Socrate ! Propos "recueillis" par Laurence Hansen-Löve.

Pascal : la comédie du pouvoir et de la vie sociale

23 octobre 2014 | D. Guillon-Legeay

Pascal propose cette thèse: “On n’aime donc jamais personne, mais seulement des qualités“. Pascal ne dit pas que l’on ne peut aimer autrui. Il dit seulement que l’on ne peut jamais aimer autrui pour lui-même (son “moi” est inaccessible), mais seulement pour ses qualités (qui sont périssables).

Pascal : enquête sur le moi.

20 octobre 2014 | D. Guillon-Legeay

A mesure que Pascal progresse dans son analyse, les certitudes concernant le moi s’affaissent les unes après les autres. L’analyse s’aventure dans une direction inattendue : qui aime-t-on vraiment lorsque nous aimons ? En quelques lignes, Pascal nous entraine dans un abîme de perplexité et nous pose cette question : le moi est-il réalité ou illusion ?

L’Encyclopédie aujourd’hui

11 octobre 2014 | Jean-Claude Bourdin

Échec de l’Encyclopédie, oui, mais pas au sens où il y aurait eu un défaut de conception ou de réalisation. L’échec tient à son caractère utopique. Mais nous voyons, en revenant sur cet ouvrage, que cette utopie est productive : elle aide à formuler des exigences, à mesurer des écarts entre l’idéal et le réel et elle donne envie de reprendre le problème à nouveaux frais, dans des conditions autres.

Le Discours sur l’inégalité, berceau et sépulture de l’anthropologie philosophique

2 octobre 2014 | Robert Redeker

Rousseau ouvre un champ nouveau à la philosophie – la connaissance philosophique de l’homme, l’anthropologie philosophique. Mais ce qu’il aura rendu possible creusera en retour son tombeau : la science s’empare de l’objet qu'est l’homme. Le moment Rousseau est donc suspendu entre deux époques : celle qui le prépare (Montaigne, Descartes, Malebranche) et celle qu’il prépare à son insu (l’approche scientifique de l’homme).

L’amitié selon Montaigne (Suite)

27 septembre 2014 | D. Guillon-Legeay

« Un homme qui a un ami est un homme riche » dit un proverbe. J’ai de véritables amis et amies. Alors je suis un homme riche.

L’amitié selon Montaigne

24 septembre 2014 | D. Guillon-Legeay

L’amitié nous révèle mutuellement, face à l’autre et face à nous-mêmes : elle élargit et enrichit notre expérience du monde et de l’existence. De cette rencontre, des liens forts peuvent naître, certains passagers, d’autres quasi indestructibles. Avec un ami, il devient possible d’échanger conseils et concours mutuels, dans les bons comme dans les mauvais jours.

Simondon et les enjeux de notre temps

12 septembre 2014 | Jean-Hugues Barthelemy

La découverte désormais internationale de l’ensemble de l’œuvre de Gilbert Simondon (1924-1989) ne saurait être considérée comme un hasard, ni son impact sur la philosophie française contemporaine et sa conscience d’elle-même comme négligeable.

Michel Foucault, ou la théorie comme un roman

4 septembre 2014 | Robert Redeker

Il y a trente ans, Michel Foucault quittait ce monde. Entre ce décès et aujourd'hui, une grande partie de ses cours au Collège de France ont été publiés. La bibliothèque Foucault constitue un vaste ensemble qui conduit à la question suivante : comment lire ce philosophe, selon quel fil conducteur?

iPhilo est en vacances !

15 juillet 2014 | iPhilo

La rédaction d'iPhilo et tous les contributeurs sont en vacances pour le mois d'août. Vous pourrez retrouver de nouveaux éditos et articles de fond dès le 1er septembre. Si l'été vous inspire et que cela vous intéresserait d'écrire dans iPhilo, vous pouvez nous envoyer vos textes (de 5000 à 10000 signes) à l'adresse editos@iphilo.fr : la rédaction sélectionnera les meilleurs !

Michel Foucault ou la loi au banc des accusés

11 juillet 2014 | Claude Obadia

Il y a trente ans disparaissait prématurément le philosophe Michel Foucault dont l’œuvre foisonnante nous a permis d’envisager de façon critique la médecine, l’École et l’idéal de justice, attaché à la démocratie.

Se convertir aux exercices spirituels pour mieux vivre

22 juin 2014 | Xavier Pavie

Toute question philosophique est au départ une question personnelle, or la question ici est d’autant plus cruciale qu’elle porte sur comment « mieux vivre », mieux réussir à vivre. Il s’avère que cette question est la question fondamentale de la philosophie antique alors considérée comme une discipline destinée à aider l’homme à mieux vivre.

L’homme de l’Universel

12 juin 2014 | Claude Obadia

Dans un texte tardivement publié et fort connu, Kant définit le domaine de la philosophie à travers trois questions qui instruisent un problème générique, le problème de l’homme. Cette démarche circonscrit un faisceau de facultés qui, non seulement sont généralement considérées comme des différences spécifiques de l’homme, mais engagent, en des directions certes distinctes, une même question : l’universel.

Cet imaginaire qui construit la « réalité »

8 juin 2014 | Philippe Granarolo

Quelque chose en nous imagine, quelque chose en nous combine, invente, crée : une « faculté du possible » qui est non pas le double affadi de nos perceptions et de nos concepts, mais la matrice dont sont issus perceptions et concepts.

Michel Serres ou le joyeux pantope

26 avril 2014 | Alexis Feertchak

iPhilo a lu et vous conseille le dernier livre de Michel Serres : Pantopie, d'Hermès à Petite Poucette. Le joyeux philosophe y raconte un Grand Récit, du big bang à nos jours, et, au milieu de la contingence des choses, essaie d'anticiper l'avenir.

Le paradoxe de Newcomb : testez votre philosophie !

10 avril 2014 | Bruno Jarrosson

Paradoxe irrésolu où un être imaginaire qui prédit nos comportements fait perdre les réalistes et rend riche les idéalistes. Deux boîtes noires qui nous causent bien du tracas et nous dirons beaucoup sur notre philosophie !

Inscrivez-vous à la newsletter iPhilo !

Recevez le premier journal en ligne gratuit écrit par des philosophes dans votre boîte mail !

Découverte du crâne de Socrate : atteint de schizophrénie, il n’a jamais dialogué qu’avec lui-même

1 avril 2014 | Alexis Feertchak

Les conséquences de cette découverte sont bouleversantes : la maïeutique est une fiction théâtrale de l’œuvre de Platon. La vérité n’accouche pas du dialogue, ce qui donne un grand coup de pied à la tradition dialectique. La Commission européenne va mettre sous surveillance l’enseignement de la philosophie en France.

Jean-François Mattéi, la pensée entre énigme et étoile

26 mars 2014 | Robert Redeker

Le bruit contemporain exige de la positivité des sciences qu'elle dissolve la question de la pensée dans des résultats exprimables en termes mathématiques. L'affirmation inaugurale de Mattéi troue le mur de la bêtise ambiante en posant la pensée non comme un résultat mais comme une énigme.

Jean-François Mattéi a rejoint le ciel platonicien

25 mars 2014 | Philippe Granarolo

Ainsi ton âme a-t-elle décidé, sans prévenir aucun d’entre nous, de rejoindre précipitamment le ciel platonicien : tu avais la conviction que ce lieu t’attendait, pour cette « vie après la vie » qui est notre sort commun, quelle que soit la façon dont on se la représente.

Nietzsche : le premier des futurologues

24 mars 2014 | Philippe Granarolo

Mettant sans cesse en conjonction l'archaïque qui survit en nous et l'avenir lointain dont nous portons déjà le filigrane, il a jeté sur le présent un regard si perçant qu'un peu plus d’un siècle après lui aucune analyse approfondie de notre époque n'a pu être conduite qui ne soit la répétition, ou du moins qui ne s'inscrive dans le prolongement direct, de son herméneutique.

Découvrez la nouvelle application iPhilo pour iPhone et iPad !

21 mars 2014 | iPhilo

Vous pourrez découvrir dans quelques heures la nouvelle application iPhilo pour iPhone, qui permet d'accéder gratuitement au journal d'iPhilo sur son téléphone mobile. L'application a été entièrement remaniée : plus rapide, plus facile d'utilisation, elle propose un design renouvelé et permet désormais de partager depuis son téléphone les articles d'iPhilo vers les réseaux sociaux.

La cohérence du stoïcisme : une laitue pour une obole

16 mars 2014 | Mael Goarzin

L’enthousiasme actuel pour tout ce qui est donné gratuitement s’oppose à la sagesse stoïcienne qui redonne un prix à ce qui importe vraiment. L’expression « vendre du bonheur » ne serait donc pas si éloignée de la réalité, puisqu’elle redonne au bonheur un prix, une valeur que la gratuité lui retire habituellement.