Petite mathématique des individus

29 novembre 2012 | Barnabe Monnot

Cette fille que je connaissais était un 0. Elle pouvait absorber n'importe quelle influence, se mesurer contre un 2, un 3, un 5, elle restait toujours elle-même, un 0. Elle était le vrai individu, non pas celui qui est indivisible comme son étymologie le voudrait, mais celui qui malgré ses divisions ne change pas, reste lui-même : un zéro. Le vrai individu est un zéro, immesurable, au confluent de tous les autres nombres et pourtant aucun de ces nombres. Une véritable singularité.

Les Jeunes et Twitter : la surcommunication, relecture d’Ivan Illich (la suite)

10 novembre 2012 | Alexis Feertchak

D’où vient cet « inespoir » – si le barbarisme est admissible – et non ce désespoir de la jeunesse ? Pourquoi l’attente en un avenir meilleur est-elle ainsi remisée au placard au profit d’instants consécutifs qui apportent des plaisirs simples, immédiats et routiniers ?

Les Jeunes et Twitter : une certaine vision de l’avenir (à suivre)

6 novembre 2012 | Alexis Feertchak

Ce marché aux oiseaux dont les processus de spéculation n’ont rien à envier à la finance à haute fréquence s’effondre dans le piège de la courte vue. A nouveau, no future, pas d’avenir : l’instant seul compte et il est reconduit comme si chacun d’eux était unique. Aucun sens de l’histoire ne se dessine dans les millions de tweets écrits chaque jour. Aucune main invisible ou ruse de la raison n’est présente dans ce monde concurrentiel pour autoréguler un contenu autant cacophonique que fascinant.

Métaphysique quantique

10 octobre 2012 | Ortoli et Pharabod

Le physicien français Serge Haroche et son collègue américain David Wineland viennent de recevoir le prix Nobel de Physique pour leurs travaux en physique quantique. La physique quantique est un monde qui nous paraît étranger, un monde où un chat peut être mort et vivant, où un poisson peut se trouver simultanément à deux endroits à la fois. Pourtant, la physique quantique marque de son empreinte le monde réel, en informatique notamment. Sven Ortoli et Jean-Pierre Pharabod, auteurs du Cantique des Quantiques (1984) et de Métaphysique quantique (2012), reviennent sur ce paradoxe : notre monde est bien quantique, mais il nous est difficile de nous le représenter comme tel.

La haine de la nature : un affect enfoui et dénié

15 septembre 2012 | Christian Godin

Depuis 1972, date du premier Sommet de la Terre, la « protection » de l'environnement s'est manifestée par une prolifération de discours (sommets, conférences, accords, traités...), d'institutions (la plupart des quelques 200 États du monde disposent désormais d'un ministère de l'environnement), et de concepts nouveaux (développement durable, énergies renouvelables, empreinte écologique etc.). Cette idéologie et cette politique reposent sur le postulat que l'homme a pris conscience de la possibilité d'une nouvelle catastrophe et qu'il a le souci de préserver une nature de plus en plus menacée. En réalité, toute cette débauche de signes cache une hostilité profonde, aux origines anciennes, mais qui s'est enfin librement déployée à partir du XXe siècle par le moyen de la puissance démultipliée des technosciences.

Des souris et des hommes ou la révolution numérique

24 juillet 2012 | Thibaud Zuppinger

La révolution numérique est en marche. Le savoir, les récits, la pensée ont quitté il y a bien longtemps maintenant le monde de l’oral pour gagner la culture de l’écrit, majoritairement papier. Et aujourd’hui, ils semblent inéluctablement appeler à se dématérialiser. Revues en ligne, applications, archives, numérisation des ouvrages existants – nous observons une phase intense de mutation. Une époque transitoire où le numérique n’est pas encore tout-puissant, où le livre n’est que partiellement chancelant et avili, pour paraphraser Baudelaire.

De la philosophie du Boson de Higgs

16 juillet 2012 | Etienne Klein

Au nom même des exigences de « l’Intellect », il faut régulièrement mettre en contact la physique - et ce qu’elle découvre - avec la philosophie, afin de faire émerger de nouvelles questions, ou de nouvelles façons de poser d’anciennes questions, voire de bousculer des métaphysiques trop datées.

Enfants et pères de Fukushima, retour sur des paradoxes de la perception

6 juillet 2012 | Alexis Feertchak

« L'accident nucléaire de la centrale de Fukushima Daichii ne peut pas être considéré comme une catastrophe naturelle. Il s'agit d'un désastre dont l'origine humaine est profonde et qui aurait pu et dû être prévu et anticipé ». C’est ainsi que la Commission d’enquête indépendante sur l’accident nucléaire de Fukushima sanctionne l’Etat japonais et la société Tepco, dans son rapport remis jeudi 5 juillet au Premier Ministre. Cette sentence nous frappe pour deux raisons bien différentes : primo parce que ce jugement apparaît comme une évidence de Monsieur de Lapalisse et secondo parce que dans le même temps cette évidence martelée ne nous paraît pourtant pas crédible.

Les dieux sont dans le smartphone

10 juin 2012 | Thibaud Zuppinger

La scène se passe il y a longtemps, dans une contrée reculée. Et il pleuvait. Des étrangers avaient fait une longue route pour rencontrer enfin le philosophe. Ils espéraient une rencontre grandiose, intimidante, à l’image de la réputation de sagesse qu’Héraclite possédait dans tout le monde grec. Quelle ne fut pas leur déception de voir le philosophe retranché dans sa cuisine, blotti au coin du feu, tel un Descartes dans son poêle afin, selon Aristote, de se réchauffer. C’est évidemment un lieu de réception fort modeste qui contraste avec l’image de la philosophie comme pratique noble de l’esprit.

L’épistémologie au procès

28 mai 2012 | Mathias Girel

Les sciences et leurs applications sont naturellement au coeur des choix démocratiques, qu'il s'agisse d'énergie, d'agroalimentaire, de décisions stratégiques en matière de recherche et d'innovation. On discute les sciences, on en dispute aussi. Pour autant, tout débat autour des sciences est-il un débat sur la science et au profit de la science ? Loin s’en faut.

L’humain avec ou sans limites

17 mars 2012 | Roger-Pol Droit

Dire adieu aux inconvénients de nos organes ? En finir avec les emballements déplacés de notre système digestif, les battements intempestifs de notre cœur ? Mais oui, c'est annoncé, et ce serait dès 2030 (!). Nous est d'ailleurs promis, dans la foulée, le largage définitif de ces derniers accessoires – obsolètes, encombrants et fragiles – que sont poumons, artères et système nerveux.