Le Brexit à la lumière de Carl Schmitt

3 février 2017 | Diane Delaurens

ANALYSE : Le Brexit représente plus qu’un simple référendum sur la participation du Royaume-Uni à l’Union Européenne ; il marque la fin du consensus politico-économique qui entourait la construction supranationale de cette dernière fin de siècle.

Inscrivez-vous à la newsletter iPhilo !

Recevez le premier journal en ligne gratuit écrit par des philosophes dans votre boîte mail !

Alep : quel est ton camp ?

15 décembre 2016 | L. Hansen-Löve

TRIBUNE - Notre chroniqueuse était présente au rassemblement parisien en hommage aux victimes d'Alep. Dans le jugement moral que nous portons, elle en appelle à ne pas oublier la raison du cœur qui ne peut être supplantée par la raison calculatrice.

Qui a peur du grand méchant Trump ?

11 décembre 2016 | Maia Hruska

TRIBUNE - Et Si la victoire de Donald Trump était le miroir inversé de l’affaire Lewinsky qui secoua la présidence de Bill Clinton ? Le danger que représente Trump pour la démocratie américaine réside moins dans son programme que dans l’élan brutal qui l’a propulsé au pouvoir.

Peter Sloterdijk : « L’invraisemblance de la vie démocratique palpable aux Etats-Unis »

10 novembre 2016 | Peter Sloterdijk

ARCHIVES : Alors que Trump a été élu à la Maison-Blanche, nous publions quelques extraits d'un interview accordé par le philosophe Peter Sloterdijk au magazine Le Point en 2003.

Trump : le déchaînement des passions démocratiques

9 novembre 2016 | Luc Ferry

TRIBUNE : Machiavel suggérait au Prince d’asseoir son pouvoir, non sur l’armée, la police ou les riches, mais sur les passions les plus communes, c’est à dire sur le peuple.

Le Brexit face aux élites : vite, il faut relire Janis !

29 juin 2016 | Helene Feertchak

TRIBUNE : les élites qui critiquent l'état d'esprit de fermeture du Brexit ne sont-ils pas les premiers à être un petit monde clos sur lui-même ? Analyse d'un paradoxe avec la thèse du psychosociologue Irvin Janis.

USA, Europe, Russie : monde multipolaire et démocratie souveraine

13 mai 2016 | Jacques Sapir

ANALYSE : avec la fin de l'hégémonie américaine, on assiste à l'avènement d'un monde multipolaire, où les règles de droit internationales doivent être repensées, ainsi que la notion de souveraineté pour la démocratie puisse se déployer proprement.

Un nouveau modèle démocratique au Proche-Orient ?

12 octobre 2015 | Mada Sabeh

ANALYSE : les démocraties au Proche-Orient sont des démocraties ethniques, car fortement imprégnées d’appartenances communautaires. Elles connaissent des limites face à leurs minorités, qu’elles se doivent de reconnaitre pour avancer dans leur cheminement démocratique.

Crise des migrants : et si on relisait Kant ?

12 septembre 2015 | Jean-Sebastien Philippart

TRIBUNE : des milliers de migrants ou de réfugiés viennent s’échouer sur les rivages d’un continent qui les attire, au péril de leur vie, comme par la puissance d’un rêve tandis que le continent lui-même, en panne d’imagination, ne rêve plus.

Iran : messianisme confessionnel ou nationalisme impérial ?

9 juillet 2015 | Cyrille Bret et Remi Drouin

ANALYSE : les causes profondes de l’activisme iranien peuvent laisser perplexe : traitant presque d’égal à égal avec les plus grandes puissances, l’Iran répond-il ainsi à la vocation messianique de la République islamique fondée par l’ayatollah Khomeiny en 1979 ? Uu bien renoue-t-il avec l’expansionnisme millénaire des intérêts perses ?

La guerre des immortalités

14 avril 2015 | Philippe Granarolo

TRIBUNE : Le philosophe Philippe Granarolo s'interroge sur la résurgence d'un fanatisme islamiste, où l'immortalité joue un rôle essentiel, et l'apparition d'un nouveau rêve d'immortalité occidental venu des biotechnologies et des technosciences. Vers une nouvelle guerre ?

Russie : histoires de temps (ou du passé on ne peut faire table rase)

6 mars 2015 | Jacques Sapir

ANALYSE : Il n’est pas de représentation plus perverse que celle des “lendemains qui chantent”, que ceux-ci soient le socialisme ou le marché généralisé. Le passé est alors entièrement soumis à une vision normative du futur, à laquelle il ne sert que de justification, positive ou négative. Car, en réalité, du passé on ne peut faire table rase …

Ce que Montesquieu peut nous apprendre de la situation en Ukraine

6 janvier 2015 | Florent Parmentier et Cyrille Begorre-Bret

TRIBUNE : Détournant l’une des phrases les plus célèbres de l’auteur des Lettres persanes, on en vient presque à se demander : « Comment peut-on être Ukrainien ? ».

Pourquoi le djihadisme peut-il recruter dans nos démocraties libérales ?

2 décembre 2014 | Jean-Sebastien Philippart

En rendant responsables nos démocraties libérales de détruire leur jeunesse à coups de matérialisme débridé et déboussolé, on relativise l’horreur pratiquée par une barbarie dont on ne préfère pas mesurer l’ampleur. La radicalité du djihadisme n’est compréhensible qu’au regard de l'indétermination propre à la démocratie.

La séduction de la terreur

24 novembre 2014 | Jean-Michel Muglioni

Jean-Michel Muglioni propose ici un début de réflexion sur la cause générale de la séduction du terrorisme. Une ère de terrorisme ne fait que commencer. Le vide intellectuel et moral de notre temps et la réduction de la politique à l’économie font le lit des fanatismes religieux, car les hommes ont d’autres exigences que l’argent. Pourquoi notre société a-t-elle des enfants perdus ?

Contre Ebola, l’altruisme rationnel

28 octobre 2014 | Jacques Attali

C’est l’occasion de rappeler l’importance de s’occuper tout de suite des problèmes à l’impact lointain : Dette publique, climat, Ebola renvoient tous à la même logique : nous avons intérêt à nous occuper tout de suite des problèmes que rencontreront les prochaines générations. Parce que les prochaines générations, c’est nous-même, dans 20 ans.

La politique post-métaphysique est-elle pertinente sur le Don ? Les Européens face aux crises de l’Etat ukrainien

30 septembre 2014 | Florent Parmentier et Cyrille Begorre-Bret

Sur le Don, l’Europe est sommée par les circonstances d’adapter son logiciel philosophique à un hardware fortement westphalien. Entre volonté de puissance, politique de voisinage et expansion démocratique, elle doit trouver le sentier étroit pour favoriser l’émergence d’un Etat de droit ukrainien.

« Par réalité et perfection, j’entends la même chose ». Retour à Fukushima.

16 septembre 2014 | Eric Delassus

C’est cette compréhension qui manqua aux concepteurs des centrales nucléaires nippones qui ont oublié que « l’homme n’est pas dans la nature comme un empire dans un empire », et que cette formule ne vaut pas que pour les affects de l’homme, mais aussi pour tous les autres phénomènes naturels. Quoi qu’il fasse, l’homme est régi par les lois constantes d’une nature à laquelle il ne peut commander qu’en lui obéissant.

Toutes les civilisations se valent-elles ?

6 juillet 2014 | Andre Perrin

En passant par une réflexion sur la pertinence et l’usage des concepts de culture, de régime politique, de relativisme, d’égalité, de valeur, de jugement, André Perrin essaie de comprendre en quoi et pourquoi il y a du sens à parler des civilisations, à poser la question de leur valeur, et à répondre qu'elles ne sont pas équivalentes - car une telle réponse soulève à son tour la question de la capacité d'une civilisation à ne pas se prendre pour le centre du monde et à lutter contre sa propre barbarie.

Russie et Occident : les vieux concepts de la Guerre froide ne fonctionnent plus

5 juin 2014 | Alexandre Terletzski

Par une logique binaire de type ‘’Guerre froide’’, que tous les acteurs ont adoptée, l’Ukraine s’est retrouvée écrasée entre une Europe otanisée et un Empire russe en recomposition. Erreur tragique car l’Ukraine, par son histoire et sa position géographique, est le seul pont possible reliant l’Europe et la Russie !

Négociations israélo-palestiniennes : l’urgence d’une nouvelle approche

20 mai 2014 | Alexis Keller

Jugeant inutile – ou politiquement dangereux – de changer de perspective, les partisans du statu quo continueront de privilégier la méthode des « accords intérimaires », appliquée depuis plus de vingt ans. Agissant ainsi, ils rendront de facto impossible la solution dite « des deux Etats » et donneront raison à ceux qui pensent qu’il existe d’autres options pour régler ce conflit (One State Solution) ou qui estiment que le règlement du dossier palestinien n’est pas prioritaire.

Bring back our girls ! Notre inconscience face aux prises d’otages terroristes

15 mai 2014 | Alexis Feertchak

Derrière la réalité cachée par la liturgie islamiste, nous ne voyons pas que les seules victimes désirées par Boko Haram, c’est nous ! Sur ce point, l’islamisme radical est bien plus fin psychologue que l’Occident.

Pourquoi le cosmopolitisme institutionnel ?

11 mai 2014 | Louis Lourme

la citoyenneté mondiale gagne à notre époque un sens juridico-politique inédit (une réalité politique nouvelle) qui ne laisse pas indemne la notion de cosmopolitisme elle-même puisqu’en gagnant une réalité juridico-politique, le cosmopolitisme semble perdre beaucoup de son ancienne densité métaphysique.

Ukraine : la nécessité d’un retour à la diplomatie la plus élémentaire

20 mars 2014 | Alexandre Terletzski

Toute solution politique échouera si l’on oublie que la voie diplomatique consiste à accepter de parler jusqu’au bout avec ceux qui, sinon, deviendraient nos ennemis.

Roland Barthes chez le coiffeur : comment démêler l’identité politique de Iulia Timoshenko ?

8 mars 2014 | Maia Hruska

Les chaînes de télévision diffusent le discours scandé par Iulia Timoshenko à Maïdan, au pied du monument dédié à la Berehynia. Devant sa télévision, Roland Barthes n’entrevoit qu’une mystification, symptôme d’une alarmante imposture.

Vivons-nous les temps de la fin du soldat ?

4 mars 2014 | Robert Redeker

Le soldat ne fait plus rêver, il n’est plus un modèle pour la jeunesse. Notre époque – dans ce cap de l’Asie qu’est l’extrême ouest européen – se singularise par rapport à toutes les autres époques et à la plupart des civilisations par ce trait : le soldat n’y occupe plus une place centrale, sacrée, vénérable, dans l’imaginaire collectif.

Ukraine, un chemin étroit entre romantisme révolutionnaire et prudence politique

21 février 2014 | Alexandre Terletzski

De la prudence politique, dans l’espoir que les Ukrainiens comptent leurs voix et non plus leurs morts.

Logique totalitaire et crise de l’Occident

21 septembre 2013 | Jean Vioulac

Notre époque est celle de l’avènement d’une totalité surhumaine qui désormais est devenue autonome, ne fonctionne plus qu’automatiquement et en vue d’elle-même, et pour ce faire instrumentalise les hommes et se les soumet.

Seins nus ou burka ? La mondialisation à l’épreuve du féminin

11 juin 2013 | Patrick Ghrenassia

New York légalise les seins nus sur la voie publique. Et les « Femen » s’exportent en Tunisie. Dans le même temps, voile, tchador et burka fleurissent sur les trottoirs des républiques islamiques, de Kaboul au Caire, et jusqu’en Europe. Nouvelle illustration des paradoxes de la mondialisation. Injonction paradoxale et tensions centrifuges : le monde s’unifie en même temps que les contraires s’écartent. Comme si les contraires se nourrissaient réciproquement dans leur escalade provocatrice.

Hyperindividualisme ou néotribalisme ? Scénarios pour le monde de demain

16 avril 2013 | Philippe Granarolo

L’émancipation individualiste de la civilisation hellénique, réactivée par la Renaissance italienne, a transformé sans retour possible l’animal de troupeau, qui ne trouvait espérance et salut que dans son groupe d’appartenance, en un individu dont les liens avec la communauté ne cessent de se distendre. Il faudra peut-être quelques milliers d’années pour que l’individu accompli surmonte tous les obstacles qui parsèmeront sa route : mais comme le dit fort bien Nietzsche, « qu’importent quelques milliers d’années ».

Mondialisation et régionalisation des flux migratoires

4 avril 2013 | Catherine Wihtol de Wenden

La régionalisation des flux migratoires dans un contexte de mondialisation de ceux-ci est le résultat , non seulement d’une émergence des sud comme pôle d’attraction pour les nouvelles mobilités, mais aussi de l’élargissement des catégories de migrants, car si les plus pauvres ne sont pas encore partis, les migrants ne sont plus des analphabètes pris en charge comme main d’œuvre par les pays du nord, comme jadis dans le cas des travailleurs immigrés, ni une élite de réfugiés ou d’intellectuels éduqués venus pour faire des études ou des affaires, mais le fruit du vaste mouvement d’urbanisation de la planète qui met en mouvement des catégories de migrants, forcés et volontaires, de plus en plus nombreuses.

La justice transitionnelle

2 mars 2013 | Kora Andrieu

La justice transitionnelle est une notion encore peu connue en France, en partie parce qu’il s’agit là d’un anglicisme, traduction basique de transitional justice. Certains préfèrent à ce titre parler de « justice de transition », voire simplement de « traitement du passé ». Le problème avec « justice transitionnelle » est que l’expression insinue, à tort, que c’est la justice qui est en transition, donc qu’il s’agirait d’une forme temporaire, éphémère et exceptionnelle du Juste, alors qu’il s’agit plutôt de la justice appliquée au contexte particulier des transitions démocratiques.

La France au Mali : sa légitimité et ses intérêts

2 février 2013 | Jean-Baptiste Jeangene Vilmer

A ceux qui demandent dans quelle mesure est légitime l’intervention française au Mali, il faut répondre en distinguant, comme on le fait depuis l’antiquité, la question de la légalité de celle de la légitimité. Car une décision peut être légale mais illégitime (le droit positif peut être contesté au nom de ce qu’on a longtemps appelé le droit naturel, c’est-à-dire l’idée qu’on se fait de la justice et qui ne correspond pas forcément à la loi), ou « illégale mais légitime » comme il est d’usage de caractériser l’intervention de l’OTAN au Kosovo en 1999, par exemple.

Qui sont nos ennemis au Mali ?

30 janvier 2013 | Alexis Feertchak

Si les Français dans leur grande majorité font front pour soutenir nos soldats, gauche et droite confondues, nous avons bien du mal à imaginer la tête que peuvent avoir nos ennemis. Suivant les termes employés par la presse, notre imaginaire fait varier leur figure. Le touareg nous paraît enraciné dans la terre malienne, drapé dans un foulard. Le terroriste nous paraît bien plus dangereux. Nous l’imaginons aussi bien caché à Tombouctou que retranché dans un complexe gazier d’Algérie. Le rebelle fait lui penser aux mercenaires armés de kalachnikov, aux diamants et à la coke mélangée à de la poudre de balle. In fine, nous sommes un peu perdus pour donner un portrait-robot de notre ennemi.

L’Europe : une union qui doit s’appuyer sur les nations

10 janvier 2013 | Yves Charles Zarka

Les difficultés que connaît l’Europe aujourd’hui, en particulier l’incapacité de relancer le projet d’une union qui mobiliserait les peuples, et même la résistance que ces peuples y opposent, tient bien sûr aux difficultés financières, économiques et sociales et aux politiques d’austérité qui l’affaiblissent au lieu de lui donner un nouvel élan. Mais ce n’est pas tout, il y a une autre raison : le fait que la question du sens même d’Union politique européenne a été sans cesse retardée. Comme si la dimension politique de l’Europe risquerait de compromettre le projet de construction péniblement mis en œuvre.

Un dialogue entre les cultures est-il possible ?

25 décembre 2012 | Anne Carvallo

Lorsque nous entrons au Musée du Quai Branly, dénommé aussi, Musée des « Arts Premiers », nous lisons, « Musée du dialogue entre les cultures ». Rentrons dans le Musée, y percevons-nous les conditions d’un dialogue ?

Inscrivez-vous à la newsletter iPhilo !

Recevez le premier journal en ligne gratuit écrit par des philosophes dans votre boîte mail !

Indifférenciation et respect des différences : l’injonction paradoxale de la mondialisation

18 décembre 2012 | Patrick Ghrenassia

Chacun peut en observer les effets autour de soi, que ce soit dans ses propres choix individuels ou dans l’évolution de la société. Et l’on peut se poser la question de l’issue de ce processus : une seule civilisation uniforme (victoire de la force centripète), une explosion violente des différences (victoire de la force centrifuge), ou la poursuite indéfinie d’un équilibre fragile entre ces deux forces ?

The good, the bad and the ugly and the outcome of the Greek elections (the rest)

8 juillet 2012 | Christos Kourtelis

Now that a new more stable government is formed and the fact that SYRIZA is a potential political force that can rule the country in the future make the situation different. The party will continue to be attacked for its rejection to enter the coalition and questions over its European orientation and its development strategies will remain high in the parliamentary discussions.

The good, the bad and the ugly and the outcome of the Greek elections

4 juillet 2012 | Christos Kourtelis

The recent elections in Greece divided people between the pro-bailout and the anti-bailout parties. Marginally, Greeks decided to support a coalition of three parties (the center-right New Democracy, the center-left PASOK and Democratic Left) which claimed that the bailout is the only viable (and hard) way to return to development.

Dialogue, invention grecque ?

22 juin 2012 | Elizabeth Antébi

"Mon mot préféré dans la langue française ? Un mot d'origine grecque - dialogue", répondait l'écrivain Vassili Alexakis dans un dialogue sur Canal Académie. Le dialogue est-il pour autant une invention grecque ?

La monstrueuse incompréhensibilité ou le massacre de Houla

1 juin 2012 | L. Hansen-Löve

Aujourd’hui nous ne disposons plus du recours de l’inconscience ou de l’ignorance. Mais l’impuissance demeure. Inchangée.

Notre mythologie grecque

5 mai 2012 | Elizabeth Antébi

La dette grecque turlupine l’Europe. N’est-ce pas la chouette d’Athéna qui perdure sur la pièce de 1 Euro et sur celle de 2 Euros la belle Europe, venue du Liban ou Phénicie antique, juchée sur son taureau ? N’est-ce pas son frère Cadmos qui nous a apporté notre alphabet ? Ou notre rapport à la Grèce est-il né en partie de notre imagination comme le dénonce Georges Prévélakis (Université Paris Panthéon-Sorbonne), géographe et politologue, dans son article « Grèce : les raisons historiques de la faillite. La boîte de Pandore » (Esprit 11/2011 http://www.eurozine.com/articles/2011-12-23-prevelakis-fr.html) ?