Alexis Feertchak

Alexis FeertchakAlexis Feertchak est journaliste au Figaro et rédacteur en chef du journal iPhilo, qu'il a fondé en 2012. Diplômé de Sciences Po Paris et licencié en philosophie de l'Université Paris-Sorbonne après un double cursus, il a été pigiste pour Philosophie Magazine et collabore régulièrement avec l'Institut Diderot, think tank de prospective. Suivre sur Twitter : @Feertchak

A Saint-Emilion, la balade des philosophes

23 mai 2017 | Alexis Feertchak

ÉVÉNEMENT : De mercredi à dimanche, se déroule le festival Philosophia dans le village mythique du Bordelais. Les milliers de visiteurs seront comme les élèves d'Aristote qui se promenaient au 4e siècle avant J.C. dans Athènes.

Le « miroir des princes » : les primaires ne sont-elles qu’un duel narcissique ?

16 octobre 2016 | Alexis Feertchak

TRIBUNE - Les primaires ne sont-elles que l'illustration d'un narcissisme qui a définitivement triomphé en politique ? Les partis ne sont-ils plus que des palais des glaces ? Le mimétisme est-il le plus fort moteur de la lutte qui anime les différents duellistes ?

2001-2016 : après Dostoïevski à Manhattan, Nietzsche à Nice

18 juillet 2016 | Alexis Feertchak

TRIBUNE : Lors de ses séjours à Nice, Nietzsche, penseur du ressentiment, découvrit Dostoïevski. Déjà en 2001, André Glucksmann notait la ressemblance entre les djihadistes et l'homme du souterrain de l'écrivain russe mu par le ressentiment.

BHL ne voyagera plus pour éviter que des guerres ne se déclenchent sur son passage

1 avril 2016 | Alexis Feertchak

CONFIDENTIEL : Bernard-Henry Lévy s'est confié à la rédaction d'iPhilo. Il fait aujourd'hui le bilan de sa vie, une occasion pour le nouveau philosophe de sortir un livre sur ses fautes. Plusieurs tomes sont à prévoir.

Néoréactionnaires : victimes ou coupables de déchéance de pensée ?

8 février 2016 | Alexis Feertchak

TRIBUNE : Les juges de la bien-pensance ne souffrent pas que des intellectuels médiatiques parviennent à élever au concept de manière audible des représentations qui traversent la société française et ce sans verser dans la racisme, le rejet ou l’amalgame.

René Girard : le miroir et le masque

5 novembre 2015 | Alexis Feertchak

HOMMAGE : Pour éclairer cette confusion entre culture et violence dans le brouhaha de l’histoire humaine, René Girard, le penseur du mimétisme, manquera à beaucoup.

Thalys : la « bonne santé » de notre Etat en question

22 août 2015 | Alexis Feertchak

TRIBUNE : Hegel, dans La Constitution de l’Allemagne observait en introduction : « L'Allemagne n'est plus un Etat ». La vague d’attentats qui touchent la France amène avec inquiétude à se poser la question de la santé de notre propre Etat.

L’οχι grec ou le retour du peuple en Europe

6 juillet 2015 | Alexis Feertchak

TRIBUNE : En avril 2012, Georges Moustaki éructait dans le Huffington Post : « J'espère que la Grèce va foutre le bordel. Ma sympathie va à cette attitude de contestation parce que ce n'est pas le peuple qui a créé la crise. Or, on lui fait en porter le poids. Finalement, c'est lui qui a le sens civique le plus développé, pas ceux qui veulent se conformer aux directives bruxelloises. Que le gouvernement grec ouvre grand ses yeux et ses oreilles ».

Scoop : Emmanuel Macron quitte Bercy pour retourner philosopher

1 avril 2015 | Alexis Feertchak

FLASH : pris par le doute en relisant sa thèse sur l'intérêt général et "La mémoire, l'histoire, l'oubli" de son maître Paul Ricoeur, Emmanuel Macron a décidé de quitter Bercy pour retourner philosopher.

Charlie Hebdo : Voltaire et le fanatisme

7 janvier 2015 | Alexis Feertchak

BREVE : Devant l’horreur et la barbarie qui a touché le journal Charlie Hebdo, on pourra lire la définition du fanatisme que donne Voltaire dans son "Dictionnaire philosophique". Tristement d'actualité #JeSuisCharlie

Marcel Gauchet et la nouvelle trahison des clercs

13 octobre 2014 | Alexis Feertchak

En 1927, Julien dénonçait la politisation des intellectuels dans son essai "La Trahison des clercs". La fronde contre Gauchet, dont les instigateurs reproche à l'historien de ne pas pouvoir s'exprimer sur la rébellion au motif qu'il ne serait pas un authentique rebelle n'illustre-t-elle pas une nouvelle trahison des clercs ?

Souffrant de phobie intersubjective, il ne reconnaissait pas autrui

11 septembre 2014 | Alexis Feertchak

Thomas Nouthévède souffre d’un mal rarissime, la "phobie intersubjective", qui l’handicape depuis de nombreuses années. C’est à la lecture de Kant, Husserl, Levinas, Jorge Luis Borges et René Girard qu’il parvient peu à peu à revenir à une vie normale. Il nous a raconté son histoire, celle d’un cas-limite qui ébranle l’édifice du moi tel que conçu depuis des siècles par les philosophes. Il va mieux aujourd’hui, reconnaît autrui sans difficulté et compte même se lancer en politique. Témoignage d’une phobie dépassée par les lectures.

Vite, Benjamin Constant ministre des transports !

14 juin 2014 | Alexis Feertchak

Les grèves ubuesques qui paralysent les moyens de transport français sont le signe d’une exception française, celle d’une imperméabilité viscérale à la logique libérale sinon dans une forme caricaturale qu’elle rejette logiquement. A ce rythme là, nous continuerons à subir les caprices d’Ancien-Régime des cheminots et des taxis.

Bring back our girls ! Notre inconscience face aux prises d’otages terroristes

15 mai 2014 | Alexis Feertchak

Derrière la réalité cachée par la liturgie islamiste, nous ne voyons pas que les seules victimes désirées par Boko Haram, c’est nous ! Sur ce point, l’islamisme radical est bien plus fin psychologue que l’Occident.

Michel Serres ou le joyeux pantope

26 avril 2014 | Alexis Feertchak

iPhilo a lu et vous conseille le dernier livre de Michel Serres : Pantopie, d'Hermès à Petite Poucette. Le joyeux philosophe y raconte un Grand Récit, du big bang à nos jours, et, au milieu de la contingence des choses, essaie d'anticiper l'avenir.

Découverte du crâne de Socrate : atteint de schizophrénie, il n’a jamais dialogué qu’avec lui-même

1 avril 2014 | Alexis Feertchak

Les conséquences de cette découverte sont bouleversantes : la maïeutique est une fiction théâtrale de l’œuvre de Platon. La vérité n’accouche pas du dialogue, ce qui donne un grand coup de pied à la tradition dialectique. La Commission européenne va mettre sous surveillance l’enseignement de la philosophie en France.

A la recherche d’un nouvel Abbé Sieyès

28 janvier 2014 | Alexis Feertchak

La bonne nouvelle, c’est que la crise de la représentation politique est due à un regain de démocratie, ce qui est une cause plaisante. Mais cette démocratie directe qui ébranle le politique est fondamentalement courtermiste.

Dieudonné n’aura donc pas commis ce pour quoi on l’a condamné

10 janvier 2014 | Alexis Feertchak

Le Conseil d’Etat a validé le principe selon lequel quelqu’un pourrait être condamné pour un crime qu’il commettrait dans l’avenir et qu’il ne commettra pas dans la mesure où il aura été préventivement condamné. Le raisonnement juridique ne tient que dans la mesure où le contrefactuel « S’il n’avait pas été condamné, il aurait commis ce crime » est strictement valide.

Dekhar(tes) ou la nécessité d’un doute radical médiatique

22 novembre 2013 | Alexis Feertchak

Nous assistons non plus au travail des Médias, mais à celui des Immédias. La médiation entre l’actualité et ceux qui la présentent se réduit à petit feu. Réintroduisons la pratique du doute méthodique, car le doute vanté par Descartes n’est pas la marque d’un échec, il est une méthode lucide pour déjouer les tours du réel et de ses illusions.

A propos du Hollandisme : notre monde change-t-il ?

19 mai 2013 | Alexis Feertchak

Le grand Karl disait à propos du 18 Brumaire de Napoléon III que « les hommes font leur propre histoire, mais ils ne la font pas de plein gré, dans des circonstances librement choisies ; celles-ci, ils les trouvent au contraire toutes faites, données, héritage du passé ». La leçon marxienne a été bien comprise par nos contemporains, bien qu’on en oublie souvent la paternité, et la dépolitisation de nos sociétés en est ainsi la marque profonde.

Décès de Françoise Seligmann, figure de l’indignation et de la résistance

1 mars 2013 | Alexis Feertchak

Françoise Seligmann était l’exemple remarquable du prolongement nécessaire de l’indignation : l’indignation, pour ne point devenir un ressentiment piteux ou haineux, doit être constamment dépassée dans l’action. Et l’action demande de croire à ses idées.

Qui sont nos ennemis au Mali ?

30 janvier 2013 | Alexis Feertchak

Si les Français dans leur grande majorité font front pour soutenir nos soldats, gauche et droite confondues, nous avons bien du mal à imaginer la tête que peuvent avoir nos ennemis. Suivant les termes employés par la presse, notre imaginaire fait varier leur figure. Le touareg nous paraît enraciné dans la terre malienne, drapé dans un foulard. Le terroriste nous paraît bien plus dangereux. Nous l’imaginons aussi bien caché à Tombouctou que retranché dans un complexe gazier d’Algérie. Le rebelle fait lui penser aux mercenaires armés de kalachnikov, aux diamants et à la coke mélangée à de la poudre de balle. In fine, nous sommes un peu perdus pour donner un portrait-robot de notre ennemi.

Petite philosophie de la consommation

21 janvier 2013 | Alexis Feertchak

Chaque année, un Français jette en moyenne 20 à 30 kilogrammes de nourriture. S’il fallait que chaque humain en fasse autant, presque 200 millions de tonnes de nourriture seraient jetées chaque année dans le monde. A titre de comparaison, la production européenne de blé est de 125 millions de tonnes. Y a-t-il eu seulement une société avant la nôtre qui fit un pareil sacrifice de viande, de fruits et de légumes à une quelconque divinité ? La réponse est dans l’énormité des chiffres. Si nous savions de quelle divinité il s’agissait, nous serions bien les plus religieux de tous les hommes.

Croire à la fin du monde, c’est ne plus y croire

21 décembre 2012 | Alexis Feertchak

Croire aujourd’hui à sa fin en ce 21 décembre, c’est repousser la réalité d’une menace qui est fort nouvelle pour nos civilisations : par son développement exponentiel, l’humanité se met en péril. Et c’est justement parce que nous ne savons pas quand viendra le danger que le péril est aujourd’hui très grand. Jorge Luis Borges, le grand poète métaphysicien annonçait déjà : « L'avenir est inéluctable, mais il peut ne pas avoir lieu, Dieu veille aux intervalles ».

Les Jeunes et Twitter : la surcommunication, relecture d’Ivan Illich (la suite)

10 novembre 2012 | Alexis Feertchak

D’où vient cet « inespoir » – si le barbarisme est admissible – et non ce désespoir de la jeunesse ? Pourquoi l’attente en un avenir meilleur est-elle ainsi remisée au placard au profit d’instants consécutifs qui apportent des plaisirs simples, immédiats et routiniers ?

Les Jeunes et Twitter : une certaine vision de l’avenir (à suivre)

6 novembre 2012 | Alexis Feertchak

Ce marché aux oiseaux dont les processus de spéculation n’ont rien à envier à la finance à haute fréquence s’effondre dans le piège de la courte vue. A nouveau, no future, pas d’avenir : l’instant seul compte et il est reconduit comme si chacun d’eux était unique. Aucun sens de l’histoire ne se dessine dans les millions de tweets écrits chaque jour. Aucune main invisible ou ruse de la raison n’est présente dans ce monde concurrentiel pour autoréguler un contenu autant cacophonique que fascinant.

Enfants et pères de Fukushima, retour sur des paradoxes de la perception

6 juillet 2012 | Alexis Feertchak

« L'accident nucléaire de la centrale de Fukushima Daichii ne peut pas être considéré comme une catastrophe naturelle. Il s'agit d'un désastre dont l'origine humaine est profonde et qui aurait pu et dû être prévu et anticipé ». C’est ainsi que la Commission d’enquête indépendante sur l’accident nucléaire de Fukushima sanctionne l’Etat japonais et la société Tepco, dans son rapport remis jeudi 5 juillet au Premier Ministre. Cette sentence nous frappe pour deux raisons bien différentes : primo parce que ce jugement apparaît comme une évidence de Monsieur de Lapalisse et secondo parce que dans le même temps cette évidence martelée ne nous paraît pourtant pas crédible.

L’équipe de France et la fortune (morale)

27 juin 2012 | Alexis Feertchak

Les Français sont à peu près aussi désabusés de l’équipe de France de football que cette dernière l’est lorsqu’elle joue au ballon. Il y a une réciprocité qui laisse peu d’avenir au football français dans l’immédiat tant les deux parties semblent s’éloigner l’une de l’autre. Les critiques ne cessent de fuser de toutes parts (...) Mais une chose marque particulièrement (à défaut des joueurs) : leur conduite de balle semble bien moins gêner que leur conduite morale.

Quand la notion de culpabilité se perd

1 avril 2012 | Alexis Feertchak

Dans l’éditorial « L’imitation matinale », l’espace médiatique a pris une forme particulière : il n’est plus simplement un vecteur d’information pour des individus particuliers, il est aussi un espace sacré où ces mêmes individus forment à eux tous une foule.

L’imitation matinale

29 mars 2012 | Alexis Feertchak

Ce sont probablement des millions de Français qui chaque matin en allant à leur travail ou en prenant leur petit déjeuner écoutent religieusement une actualité d’un genre un peu particulier, celle que retransmettent les imitateurs.

Œdipe et l’Euro

19 février 2012 | Alexis Feertchak

Les photos d'Athènes où des bâtiments en flamme brûlent dans la nuit réveillent pour les peuples européens la peur très ancienne de la dislocation de l'ordre politique. Au-delà de la crise économique et financière qui touche la Grèce, c'est bien ce chaos politique qui est à la fois le phénomène le plus inquiétant et le défi le plus important à relever. On ne peut manquer d'observer dans ces péripéties du peuple grec la forme presque pure de ce qu'il a lui-même inventé, la tragédie.

La philosophie, un média antique et contemporain

6 février 2012 | Alexis Feertchak

Un philosophe allemand qui gagnerait à être connu, Günther Anders, a critiqué une tendance de la philosophie à ne parler qu'aux philosophes : c'est aussi absurde assurait-il qu'un boulanger qui ne vendrait du pain qu'à ses disciples boulangers. Le parallèle a le mérite de souligner une tendance assez triste de la philosophie, son introspection.