Lorsque Fouché nous dévoile les ressorts de la police impériale

18 novembre 2022 | Thomas Flichy de La Neuville

Docteur habilité à diriger des recherches et agrégé d’histoire, docteur en droit, ancien élève de l’INALCO en persan, Thomas Flichy de La Neuville est titulaire de la chaire de Géopolitique de Rennes School of Business et membre du Centre Roland Mousnier (Université Paris-Sorbonne). Longtemps enseignant à l’Ecole Spéciale de Saint-Cyr, il a notamment publié Géoculture : Plaidoyer pour des […]

Plus loin que l’actualité : philosopher jour après jour

6 novembre 2022 | Denis Moreau

LES BONNES FEUILLES : Nous publions avec plaisir un extrait du nouvel essai 'Plus loin que l'actualité : philosopher jour après jour' (éd. Desclée de Brouwer, 2022) de Denis Moreau. Le professeur à l'Université de Nantes se fait pour l'occasion philosophe des événements quotidiens, mais établit en même temps les critères d'une telle pratique qui puisse demeurer rigoureuse, histoire d'éviter de se transformer en «perroquet philosopiste».

Le peuple contre les nations : le rêve impérial de Poutine

27 octobre 2022 | Michel Juffe

ANALYSE : Nous sommes tous les jours surpris par les nouvelles initiatives de Vladimir Poutine et de son armée. D’autant plus qu’elles semblent incohérentes. Pourtant son dessein ne varie pas : «rendre» à l’Ukraine son destin de composant inséparable du peuple russe. La prétention des Ukrainiens à former et demeurer une nation fait d’eux, pour les Russes, des banderistes ultranationalistes. Le philosophe et l'historien analyse cette opposition entre peuple (qui «justifie» l’invasion et la destruction) et nation (qui unit les Ukrainiens au-delà de leur convictions politiques et religieuses).

«La réalité» : découvrez le programme 2022-2023 de la Société Nantaise de Philosophie

12 octobre 2022 | iPhilo

Nous souhaitions mettre en lumière les conférences de la SNP, auxquelles participent plusieurs contributeurs d'iPhilo, dont notre rédacteur en chef Sylvain Portier et son président, le professeur André Stanguennec. Elles sont ouvertes à tous, données, de 20h30 à 22h30, à la Médiathèque de Nantes. Elles sont suivies d’un échange avec le conférencier et portent cette année sur le thème de la réalité.

Pourquoi Houellebecq mérite un prochain Nobel

9 octobre 2022 | Katia Kanban

TRIBUNE : Narrer les souffrances et la grande solitude de l’homme moderne est toute l’affaire de l'écrivain qui reprend le mot d’ordre de Balzac : «être le secrétaire» de son époque, être son pur greffier, prendre en note l’hommerie telle qu’elle est. Mais pas sans idéal, analyse la professeur agrégée de philosophie qui salue - ce qui pourra étonner - le féminisme de Houellebecq.

L’Armée et les armes nucléaires

30 septembre 2022 | Michel Juffe

LES BONNES FEUILLES : Le livre de Michel Juffé et Vincent Simon veut déméler les fils d’une longue histoire qu’on ne peut réduire à une invasion des bons Ukrainiens par les mauvais Russes. L’Ukraine a longtemps cherché une alliance avec son grand frère, qui ne lui a offert, de Pierre le Grand à Vladimir Poutine, qu’un statut de vassal. La question de la dévolution des armes nucléaires est l’emblème majeur de cette discordance, qui devient paroxystique, au détriment des habitants de l‘Ukraine. En conclusion les auteurs, qui évitent tout pronostic, plaident pour une indépendance accomplie par le biais d’une citoyenneté à la fois supranationale et post-impériale.

Vivre ou mourir, tout est là ?

18 septembre 2022 | Stephane Braconnier

TRIBUNE : Le débat sur l’euthanasie ressurgit. Dans son rapport, le Comité Consultatif National d’Éthique contredit l’opinion publique qui y est favorable et aménage seulement la pénalisation de l’euthanasie. Aucun lien n’est établi entre l’euthanasie et le suicide, comme si la vie était belle, quand sa fin le serait moins. C'est sur ce sujet d'actualité que Stéphane Braconnier éclaire ici, à la fois socialement, politiquement et philosophiquement.

Société

Montaigne, Kant et mon chien

9 mars 2022 | Audrey Jougla

BONNES FEUILLES : Nous proposons ici la lecture de quelques extraits de Montaigne, Kant et mon chien, récemment paru aux Éd. Delachaux et Niestlé, dans lequel Audrey Jougla offre un regard inédit sur notre relation à l’animal et tire de son expérience un véritable petit traité de philosophie canine. En mêlant le vécu à l’analyse philosophique, elle parcourt avec émotion, tendresse et humour toutes les valeurs que sa chienne lui a transmises, au gré des années.

Entre malentendu, hypocrisie et angoisse : déclarer l’amour ?

14 février 2022 | Jean-Francois Crepel

ANALYSE : L’angoisse de la déclaration d’amour est inhérente à l’acte d’aimer lui-même en tant qu’il porte en lui le tremblement de l’inquiétude. Osons même affirmer que cette angoisse peut être une marque d’authenticité du sentiment amoureux car même le plus libertin a connu ou connaîtra, ne fusse qu’une seule fois, le tremblement de l’inquiétude devant l’acte de se déclarer à son bien-aimé. Bonne Saint Valentin !

Pourquoi la gentillesse est-elle si mal perçue ?

28 janvier 2022 | Sylvain Portier

CHALLENGE PHILO : Une fois par mois, iPhilo donne un petit coup de projecteur au "Challenge philo" de Sylvain Portier, qui tente de répondre philosophiquement, de façon accessible et en moins de 5 minutes, aux questions d'anonymes et de célébrités.

Tout à sa solitude, le philosophe peut-il parler de la vie sociale ?

7 octobre 2021 | Jean-Francois Crepel

ANALYSE : Y a-t-il un intérêt à philosopher sur la vie sociale ? Le goût pour la solitude dont se prévaut souvent le penseur, ne discrédite-t-il pas ses appréciations, souvent sévères, sur les formes de la vie en société ? Jean-François Crépel entend montrer ici qu'il convient de revisiter la vulgate rousseauiste du philosophe solitaire, à la fois pour rendre justice au penseur de l'état de nature et pour rappeler qu'être philosophe, c'est non seulement être instruit des sciences de la culture, mais aussi savoir réveiller la conscience de notre nature humaine commune, si souvent étouffée par les passions sociales.

Dumézil, les Centaures et le problème du non-Ordre

13 septembre 2021 | Andre Stanguennec

ÉTUDE : On connaît souvent de Georges Dumézil les trois fonctions de l'ordre social, magico-religieuse et juridique ; guerrière ; productive. À sa suite, certains auteurs ont pu imaginer une quatrième fonction paradoxale, celle du non-ordre, qu'interroge justement le métaphysicien André Stanguennec dans ce texte. Partant de l'étude réalisée par Dumézil lui-même sur la figure mythologique des Centaures, le professeur émérite de l'université de Nantes réalise une grande fresque philosophique - au sens propre, puisqu'il l'agrémente de ses propres dessins - pour finir par se demander si l'époque contemporaine ne se caractérise pas par trois fonctions de non-ordre que seraient la terrorisme politico-religieux (djihadisme), le totalitarisme guerrier-militaire (nazisme) et le libéralisme producteur-consommateur (néo-libéralisme «sauvage»), chacune répondant par son objet aux trois fonctions d'ordre de Dumézil.

Le bonheur est ailleurs

19 juillet 2021 | Evelyne Rogue

TRIBUNE : En cette mi-juillet, nous publions notre dernier article avant notre pause estivale. Pour l'occasion, un thème philosophique particulièrement adapté aux grandes vacances, avec la philosophe Évelyne Rogue. On vous dit à la rentrée de septembre !

Le Batman et le Joker : inséparables rivaux et miroirs l’un pour l’autre

25 juin 2021 | Maxime Sacramento

ANALYSE : Dans la saga bien connue Batman, tout semble opposer le célèbre héros masqué et l'un de ses plus féroces adversaires, le Joker. Mais Maxime Sacramento aimerait montrer, à la lumière de certaines réflexions menées par René Girard, que de riches rapports dialectiques rapprochent en vérité ces figures du Bien et du Mal.

Philo Contemporaine

Connaissez-vous le «Challenge philo» ?

20 novembre 2021 | iPhilo

VIDEO : Nous souhaitions donner un coup de projecteur à une initiative de notre co-rédacteur en chef Sylvain Portier, qui propose, depuis quelques mois, de relever chaque semaine un «Challenge philo».

L’inachèvement de l’homme est la condition de sa liberté

11 juillet 2021 | Claude Obadia

BONNE FEUILLES : L’homme n’est pas un être vivant comme les autres. Il est le vivant qui pense la vie. Conscient du temps, de la mort, de sa vulnérabilité, de son imperfection, cet homme inachevé n’est point désespérant. C’est parce que la nature, ou Dieu, ne lui a pas donné une puissance et une intelligence absolues, qu’il doit à chaque instant tirer de lui-même les ressorts de son salut.

Michel Serres et René Girard : points de vue transcendants

1 juin 2021 | Olivier Joachim

ANALYSE : Michel Serres est mort il y a tout juste deux ans, le 1er juin 2019. Le physicien lui rend hommage, ainsi qu'à René Girard, disparu en 2015. Les œuvres de ces deux penseurs inclassables, qui partageaient le même bureau à Stanford, résonnent l'une avec l'autre, mais un point de divergence apparaît sur la question de la transcendance, ou des transcendances.

«Un printemps philosophique», pour ceux auxquels la culture manque

18 avril 2021 | iPhilo

ÉVÉNEMENT : Très chers lecteurs d'iPhilo, nous relayons ici l'excellente initiative prise par Philosophia et les Éditions M-Éditer : fêter le printemps, précisément parce que ces temps demeurent difficiles, en organisant un festival (numérique) consacré à de grandes questions et de grands noms du monde de la philosophie.

France-Allemagne : un malentendu philosophique ?

4 février 2021 | Claude Obadia

ANALYSE : Kant est-il traduisible en français ? Son oeuvre est-elle un «provincialisme» ou un «universalisme» ? La philosophie est-elle allemande ? Ces questions ont vivement agité l'histoire de la philosophie.

L’indignation ne permet pas de construire une société juste

31 janvier 2021 | Michel Malherbe

ANALYSE : L'indignation est certes une passion noble, symbole de pureté retrouvée, de générosité et de courage, autant de mérites qu’on aime attribuer au sage, concède le professeur émérite à l'Université de Nantes. Mais ce sont ces mêmes mérites qui font que l’indigné est éloigné du sage. Car l’indignation, qui repose sur la colère est une passion ; il lui manque une chose, la raison qui est le principe de construction d’une société de justice.

L’Édito : le Peuple, thème des «Rencontres de Sophie» 2021 à retrouver en vidéo

27 janvier 2021 | Sylvain Portier

Initialement prévues en présentiel, les Rencontres de Sophie ne pourront pas avoir lieu cette année, compte tenu de la situation sanitaire. Elles sont reportées à l'an prochain, mais certaines des interventions prévues seront tout de même accessibles sur Internet. Plusieurs intervenants de l'abécédaire étant des plumes d'iPhilo, je souhaitais mettre cet évènement culturel en avant.

Politique

L’I.V.G. : Droit naturel ou enjeu démocratique ?

1 juillet 2022 | Stephane Braconnier

TRIBUNE : La misère pose cruellement la question de l’avortement, et c’est de ce sujet d’actualité que Stéphane Braconnier aimerait débattre. Récemment, la Cour Suprême des États-Unis vient en effet d’en restituer la légalisation aux différents États américains qui vont se départager sur la question en fonction de l’imprégnation religieuse de leur territoire. Globalement, l’Europe s’élève contre cette décision, alors même qu’elle n’a jamais garanti l’I.V.G. à sa population et que personne ne considère l’avortement comme le triomphe d’un individualisme antisocial.

Nos modèles sont-ils des héros ?

30 avril 2022 | B. Massoubre - C. Massoubre - F. Giraud - C. Boulliat

ANALYSE : Tous les quatre soignants et passionnés de philosophie, les docteurs Bernard Massoubre et François Giraud, ainsi que les professeurs Catherine Massoubre et Caroline Boulliat ont choisi de réaliser un passage en revue philosophique des hommes en bleu, en blanc, en rouge et en kaki. De plus en plus individualiste, notre société a cloué au pilori les comportements altruistes, l’ouverture aux autres. Pourtant, les héros n’ont pas disparu au contraire, les réseaux sociaux ont amplifié leur glorification, remarquent-ils.

Jacques Chirac, une singulière incarnation du peuple français

8 avril 2022 | Sylvain Portier

ANALYSE : Du 17 mai 1995 au 16 mai 2007, Jacques Chirac incarna le peuple français d'une manière qui, par-delà les polémiques politiciennes, s'avère être philosophiquement intéressante. C'est pourquoi, à quelques semaine d'une nouvelle élection présidentielle, Sylvain Portier nous propose une courte phénoménologie de Chirac, qui incite à réflexion.

Et pour vous ce sera : un narratif ou une story ?

3 avril 2022 | Michel Juffe

TRIBUNE : «Story» et «narratif» sont deux exemples de la novlangue politico-médiatique. Ils symbolisent un appauvrissement, celui des histoires et des récits, raconte notre chroniqueur, qui a convoqué pour l'occasion Aristote et Charles Sanders Peirce.

Ah ! Les mauvaises langues

20 mars 2022 | Stephane Braconnier

TRIBUNE : En cette Journée de la Francophonie, Stéphane Braconnier veut montrer qu'il existe une corrélation profonde entre l’intégrité d’une nation et son unité politico-linguistique. Sans intelligence commune dont la langue s’avère le vecteur, un pays s’achemine lentement mais sûrement vers sa désagrégation et devient la proie de ses voisins à l’unité plus affermie. En ce sens, la disparité des idiomes en son sein n'engendre-t-elle pas des inégalités de traitement et une atteinte à la cohésion nationale ? Quant au régionalisme et au communautarisme, ne favorisent-ils pas une telle déliquescence ?

Se faire vacciner ou non : un droit, un devoir, une responsabilité ?

9 janvier 2022 | L. Hansen-Löve

BILLET : Les propos d'Emmanuel Macron qui veut «emmerder» les Français non vaccinés n'en finit pas de choquer. D'aucuns estiment qu'il a seulement eu tort sur la forme, mais qu'il a raison sur le fond, quand d'autres considèrent que cette sentence révèle une dérive liberticide plus substantielle. Qu'en penser ? La philosophe Laurence Hansen-Löve a convoqué Emmanuel Kant, Vladimir Jankélévitch et Jean-Paul Sartre.

Comment agir collectivement en faveur de la démocratie ?

26 décembre 2021 | Xenophon Tenezakis

ANALYSE : Comment agir collectivement en faveur de la démocratie sans pour autant reproduire, dans cette action même, les formes de domination auxquelles on s’oppose, et ce tout en maintenant l’effectivité de cette action ? Une discussion entre Sartre, Lefort et Castoriadis a eu lieu autour d’un problème parallèle dans les années 1950, et fournit les linéaments d’une réponse, sinon d’une solution.

Monde

«Je chanterai Gaïa» : la nouvelle vague écologiste

11 juin 2022 | L. Hansen-Löve

BONNES FEUILLES : Nous publions avec plaisir un extrait de 'Planète en ébullition' (éd. Ecosociété, 2022), le nouvel essai de notre chroniqueuse, qui revient notamment dans ce chapitre sur la différence, mais aussi la porosité entre écologue et écologiste. Le mythe de Gaïa repris par les écologistes aujourd'hui n'est-il justement qu'un mythe ? Ou ne dit-il pas quelque chose de plus scientifique et philosophique sur notre rapport au vivant ?

Général François Lecointre : la «spécificité» du soldat est-elle de tuer ou d’être tué ?

18 avril 2022 | Francois Lecointre

AUDITION - Alors que la guerre fait rage au cœur de l'Europe et que le sang coule en Ukraine, la figure du militaire revient sur le devant de la scène, et notamment le rapport si proche qu'il entretient avec la mort. De quel nature est ce lien qui donne au soldat un pouvoir exorbitant en même temps qu'il l'expose à la plus grande vulnérabilité ? Le 7 juillet 2021, le chef d'état-major des Armées, faisait ses adieux aux députés de la Commission Défense. Nous en publions la retranscription.

Vladimir Poutine, le «fou de Moscou»

1 mars 2022 | L. Hansen-Löve

BILLET : «Le pouvoir corrompt inévitablement le libre usage de la raison», disait Kant. Peut-on appliquer ce jugement à Vladimir Poutine qui a décidé d'envahir l'Ukraine. La philosophe Laurence Hansen-Löve s'interroge : est-il fou, ou est-il devenu fou ?

De la difficulté géopolitique d’aimer son prochain comme soi-même

29 novembre 2021 | Alexis Feertchak

TRIBUNE : Kant écrivait en 1795 dans son «Projet de paix perpétuelle» que «la violation du droit en un seul lieu de la terre est partout ressentie». La réalité est pourtant fort éloignée d'un sentiment moral qui rejoindrait l'universalité de la raison, note notre rédacteur en chef, qui constate que la géopolitique se fonde encore et toujours sur une règle simple : qu'on le veuille ou non, on aime sa famille davantage que ses compatriotes et ses compatriotes davantage que les étrangers.

Quel avenir pour le XXIe siècle ?

22 novembre 2021 | Jean-Marie Guehenno

BONNES FEUILLES : Nous avons le plaisir de publier quelques extraits du dernier essai de Jean-Marie Guéhenno. Brillant ouvrage que «Le Premier XXIème siècle. De la globalisation à l'émiettement du monde» (éd. Flammarion) dans lequel le diplomate décrit avec finesse (et philosophie !) le risque de confrontation, mais aussi et peut-être surtout de convergence de l’Occident avec la Chine.

L’Édito : «Quand la grande histoire affecte les petites»

5 juin 2021 | Alexis Feertchak

LA LETTRE D’IPHILO #9 : Recevez chaque mois dans votre boîte «mail» une lettre écrite par notre rédaction. En plus d’une sélection d’articles – ici ceux parus en avril mais aussi certains «classiques» à (re)lire – vous pouvez découvrir «L’Édito», un court billet en lien plus ou moins étroit avec l’actualité.

La philosophie : une histoire grecque, vraiment ?

30 avril 2021 | Alban Alloix

ANALYSE : Il y a bien sûr Socrate, ainsi que quelques pré-socratiques, mais est-ce tout ? Le doctorant Alban Alloix nous emmène dans un voyage en Perse et en Inde à la découverte de Zarathoustra et de Brahman dont les spéculations ne sont pas sans rappeler les théories platoniciennes.

Science

Descartes : sa santé, sa médecine

2 février 2022 | Jean-Claude Fondras

ANALYSE : Descartes n’a pas pu donner une forme cohérente à ses pensées relatives à la santé et à la médecine, laissant un ensemble composite traduisant les limites du programme qu’il s’était fixé : «trouver une médecine qui soit fondée en démonstrations infaillibles», raconte le médecin et philosophe. N’est-on pas, fondamentalement, devant les limites inhérentes à toute rationalité médicale ?

Une intelligence artificielle peut-elle juger ?

16 janvier 2022 | Eric Delassus

ANALYSE : Le progrès technologique est si vertigineux que l’on peut sérieusement imaginer aujourd’hui une justice rendue non par des hommes mais par des algorithmes capables d’ingérer une somme d’informations qu’aucun juge, même le plus savant en jurisprudence, ne serait en mesure de maîtriser. Néanmoins, même si elle était omnisciente, une machine ne serait pas pour autant capable d'appliquer une justice singulière.

Le progrès : des paradis artificiels à l’enfer pavé de bonnes intentions

19 décembre 2021 | Stephane Braconnier

ANALYSE : La technique sert à l'homme d’échasses pour toiser les autres espèces animales et ses propres congénères au mode de vie primitif, mais les techniques rudimentaires que ceux-ci utilisent assurent leur survie quand les nôtres préparent notre apocalypse. Outillé à l’excès, l’homme surnuméraire s’extermine à en faire le moins possible.

Ecologie politique : Luc Ferry et Bruno Latour, le vilain et le tricheur ?

3 juillet 2021 | Michel Juffe

LIVRES : Le philosophe Michel Juffé a lu «Les sept écologies» de Luc Ferry et «Où suis-je ? Leçons du confinement à l'usage des terrestres» de Bruno Latour et... n'a apprécié ni l'un ni l'autre, pour des raisons opposées. Le premier se veut adepte d’une modernité caricaturale. Le second prend constamment la pose du «déconstructeur» (et «reconstructeur».

Le scepticisme de Montaigne envers la médecine est-il toujours d’actualité ?

25 avril 2021 | Jean-Claude Fondras

ANALYSE : L'auteur des Essais doutait de la pertinence d'objectiver scientifiquement la maladie. Malgré les progrès incroyables de l'art médical, quelque chose demeure vrai dans la critique de Montaigne : à chaque étape de la croissance de la scientificité de la médecine, il semble que l’expérience propre du malade s’efface comme source de connaissance.

L’univers n’est-il qu’une fiction heuristique ?

20 mars 2021 | Thomas Lepeltier

ANALYSE : L’univers est comme un objet qui se dérobe à chaque fois que l’on cherche à en déterminer les caractéristiques. Plutôt que d’être un objet qui inclurait l’ensemble des objets matériels, ne serait-il pas plutôt une fiction heuristique nous permettant de donner du sens à nos observations du ciel ?

Déconstruire le transhumanisme

16 mars 2021 | Georges Robreau

ANALYSE : L'ancien chercheur au laboratoire maritime du Collège de France à Concarneau conçoit l'idéologie transhumaniste comme la façade derrière laquelle néolibéraux et libertariens accaparent les richesses du monde.

Eco

Du pouvoir d’achat à la qualité de vie

27 mars 2022 | Michel Juffe

ANALYSE : En 50 ans, la consommation par personne a triplé. Le problème est qu’aujourd’hui, personne n’accepte de ne pas disposer d’une multitude de biens et de services qui auraient paru être un luxe à une époque antérieure. Or, un «pouvoir d’achat» plus élevé est parfaitement compatible avec une «qualité de vie» médiocre ou indigente. Et de cela il n’est presque pas question dans les discours des candidats à l’élection présidentielle d’avril 2022.

L’Édito : «Décroissance heureuse à l’horizon ?»

2 mars 2021 | Alexis Feertchak

LA LETTRE D’IPHILO #6 : Recevez chaque mois dans votre boîte «mail» une lettre écrite par notre rédaction. En plus d’une sélection d’articles – ici ceux parus en février mais aussi certains «classiques» à (re)lire – vous pouvez découvrir «L’Édito», un court billet en lien plus ou moins étroit avec l’actualité

Le philosophe n’est pas là pour donner des leçons de management !

26 septembre 2020 | Eric Delassus

BONNES FEUILLES : Le manager peut en revanche réveiller le philosophe qui sommeille lui. C'est le propre de la philosophie de conceptualiser des arts, des sciences et des techniques qui ne sont pas elles. Alors pourquoi pas avec le management, qui régit une grande partie de nos vies ?

L’esprit malin du capitalisme

26 octobre 2019 | Pierre-Yves Gomez

ANALYSE : L'économiste publie un essai stimulant dans lequel il inverse le sens de causalité que Max Weber établit entre le capitalisme et son esprit. L'individualisme néolibéral est le produit du capitalisme spéculatif plus que sa cause.

Les subtils et les crustacés

12 février 2019 | Bruno Jarrosson

BILLET : Autour d'une variation inspirée par André Gide, l'ingénieur et philosophe des sciences estime que l'intelligence est subtile quand elle est la fille du principe de rationalité limitée. L'environnement est toujours incertain, il faut vivre avec, ce que ne comprennent pas les crustacés. 

Xavier Pavie : «Derrière l’innovation, une volonté de transcendance»

14 janvier 2019 | Xavier Pavie

ENTRETIEN : Dans "Philosophie de l’innovation" chez PUF, le philosophe de l'ESSEC étudie cette force de changement qui vient de l’homme tout en cherchant à le dépasser. Mais il se veut résolument optimiste : oui, il est possible d’arrêter une innovation jugée nuisible pour la société.

Pourquoi le goût du pouvoir rend-il impuissant ?

18 juillet 2018 | Eric Delassus

CHRONIQUE : Le pouvoir est nécessaire dans les organisations humaines, mais a le défaut d'être à la fois remède et poison, ce que les Grecs appelaient un pharmakon. Pour Eric Delassus, le point de basculement réside dans la nature désir du manager, selon qu'il souhaite - ou non - contribuer à la puissance d'agir de ses subordonnés.

Classiques iPhilo

Peut-on accepter la mort de bonne foi ?

10 septembre 2022 | Jean-Francois Crepel

ANALYSE : Le propre de l'Homme est d'être pleinement conscient qu'il est voué à mourir. Mais jusqu'à quel point est-il possible et souhaitable de l'admettre ? C'est cette question existentielle que Jean-François Crépel a posé à son ami Sylvain Portier pour son Challenge philo (Challenge 110, disponible sur YouTube), et à laquelle il a ici lui-même tenté d'apporter un éclairagle.

Machiavel et Sartre : Un autre regard sur l’existentialisme

5 juillet 2022 | Jean Zaganiaris

ANALYSE : Cet article vise à mettre en perspective les idées de Machiavel et de Sartre afin de repenser politiquement l’idée de liberté au sein des pratiques du sujet. En effet, selon Jean Zaganiaris, la façon dont l’auteur du Prince définit les gouvernants, dont l’objectif est de conquérir et garder le pouvoir, donne un nouvel éclairage aux propos sartriens sur la condamnation à être libre.

Nietzsche et Pascal

17 juin 2022 | Bernard Grasset

LES BONNES FEUILLES : Nietzsche et Pascal : tous deux traitent souvent des mêmes sujets, tous deux ont parfois des intuitions similaires, tous deux sont, en même temps que des philosophes, des écrivains. En même temps, un abîme les sépare le plus souvent quant à la réponse qu’ils apportent aux questions essentielles qui se posent à notre humanité. Plutôt que de lire Pascal à travers Nietzsche, ce qui est la tentation la plus fréquente, Bernard Grasset a essayé de lire Nietzsche à travers Pascal, en s’appuyant toujours, de la manière la plus rigoureuse possible, sur les textes eux-mêmes qui ont constitué la base objective de la réflexion Nous vous en proposons ici d'intéressants extraits.

Schopenhauer : absurdité de vivre et neurasthénie métaphysique

3 novembre 2021 | Sylvain Portier

ANALYSE : La plupart des philosophes développent une morale ou une conception du bonheur qui donne un sens à notre existence. Ils nous expliquent pourquoi nous existons – pourquoi au double sens du mot : pour quelle raison et dans quel but. Schopenhauer fait sur ce point figure d’exception, puisqu’il affirme qu’il ne faut pas «attendre de lui des raisons de vivre». Aurons-nous le courage de nous confronter à sa métaphysique et à ce que représente, pour nous, le simple fait de vivre ?

Karl Popper est-il vraiment rationaliste ?

19 octobre 2021 | Anne-Berangere Poirey

ANALYSE : Quels sont les fondamentaux de son épistémologie ? Quel est notamment son rapport à la croyance ? Qu'entendre par sa notion de connaissance objective ? Le recul qu'il défend vis-à-vis de la croyance, caractéristique de l’attitude scientifique, présuppose pour Popper une base morale, un choix irrationnel mais néanmoins raisonnable qu'il nomme une «foi en la raison», analyse Anne-Bérengère Poirey. Or cette foi, loin de ruiner le rationalisme, apparaît au contraire comme la condition même de sa possibilité.

Fichte phénoménologue : à jamais le premier !

7 juillet 2021 | Sylvain Portier

ANALYSE : La phénoménologie renonce à résoudre toutes les grandes questions métaphysiques (Dieu existe-t-il ? Percevons-nous le monde réel ? Qu’est-ce que la liberté et le bonheur ? etc.). Elle préfère se contenter de décrire notre expérience vécue, notre façon humaine de percevoir le monde, ses phénomènes, comme cela nous apparaît (phänomenon : ce qui apparaît). Ce courant fait penser à Husserl, Heidegger, Merleau-Ponty… aussi peut-être à Hegel, un siècle et demi plus tôt. Fichte, philosophe méconnu du XVIIIe siècle, est lui presque toujours évincé de ce récit. Cette injustice, notre rédac' chef souhaitait la réparer.

Saint Augustin : la conversion spirituelle, retour sur soi et souvenir de Dieu

29 juin 2021 | Mael Goarzin

ANALYSE (2/2) : Dans une série de deux articles, Maël Goarzin propose une introduction à la pensée d’Augustin d’Hippone (354-430) en présentant dans cette seconde partie sa théorie de la conversion spirituelle, que le philosophe chrétien a lui-même vécue.